Hier après midi, Jean Castex s’est exprimé... Et j’ai de plus en plus l’impression que cet homme a de l’ADN de lettres recommandées... Dès qu’il l’ouvre, je sais que je ne vais pas aimer ! Comme disait Deeway dans la série "Malcolm" : "Je ne m’attendais à rien, et bien j’ai été déçu quand même !"

Lee Majors dans "L'homme qui valait trois milliards"
Lee Majors dans "L'homme qui valait trois milliards" © Collection Christophe L.

Mais bon Mathilde, positivons ! Ce confinement m’a permis de me livrer à une introspection... C’est comme une coloscopie sauf qu’on peut en parler à table.

Bref ce confinement m’a permis de voir que tous ces complexes d’infériorité que j’entretiens sur moi depuis mon enfance, comme quoi je ne servirais à rien, qu’en tant qu’humoriste, je n’apporte strictement rien à la société... et bien, étaient totalement fondés ! 

Et en plus, partagés au plus haut sommet de l’Etat ! Ça ne venait pas de moi Mathilde ! Ça m’a ôté d’un poids !

Socrate a dit : "Je sais que je ne sais rien". Moi je dis : "Je sais que je ne sers à rien".

Et attention, je n’en conçois aucune amertume... Il y a quelque chose d’extrêmement reposant à savoir que personne n’attend rien de vous. Les gens qui savent faire des trucs sont toujours ceux à qui on demande des services. 

Regardez Manuel Valls... On lui fout une paix royale ! Et bien nous les humoristes, face à une crise sanitaire, c’est pareil. 

On est un peu le prépuce de la société française... On peut tout à fait vivre sans nous !

Avant toute cette histoire de confinement, Emmanuel Macron disait que dans une gare, on croise les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien...Bon aujourd’hui dans une gare, on ne croise plus que ceux qui ont une attestation... 

Mais c’est intéressant de voir la valeur que l’on donne aux gens. Et ça m’a fait penser à un homme. Un homme qui valait 3 milliards. 

Vous vous souvenez de cette série des années 70,  avec l’acteur Lee Majors qui a fait carrière en jouant des hommes... Mais littéralement que des hommes.

Il a commencé avec L’Homme qui valait 3 milliards. Puis L’Homme qui tombe à pic, et je crois qu’il est passé à ça d’avoir le rôle de l’homme du Picardie...

L’homme qui valait 3 milliards... de francs. Six millions en dollars en version originale. Et à peu près 2 milliards d’euros aujourd’hui, si on prend en compte l’inflation...

C’est l’histoire d’un astronaute américain, Steve Austin... Bon avec un nom comme ça, en même temps, il va pas être malgache, qui suite à un accident se voit greffé par le gouvernement, des membres bioniques. Imaginez la prothèse de hanches de Mamie Thérése, mais branchée sur un réacteur EPR !

Un peu plus tard, on aura même droit à une version féminine, Super Jaimie interprétée par Lindsay Wagner. Du coup, ils étaient plus fort, ils voyaient plus loin, ils couraient plus vite. Et pour se faire, on les montrait au ralenti.

Ça c’est un grand classique des séries télés, quand t’as pas le budget pour montrer des gens qui courent très vite : tu les montres au ralenti.

Les exemples sont nombreux!

L’homme qui valait 3 milliards!

Super Jaimie!

Wonder Woman!

Alerte à Malibu...mais pas pour les mêmes raisons!

Mon épouse, elle utilise ça dans notre vie de tous les jours...Pour me donner l’impression que je suis balèze, elle me demande d’ouvrir des pots de cornichons!

Je vous jure, ça marche!

J’ouvre un pot de confiture, dans ma tête, je suis Teddy Rinner!

Mais dans l’homme qui valait 3 milliards et Super Jaimie, ce qui distinguait un ralenti tout bête d’un ralenti bionique, c’était ce son!

https://www.youtube.com/watch?v=0KvCKNR50Jo

Prenez en de la graine James Cameron, Spielberg et autres Michael Bay! 

Dans les années 70, on a fait croire à l’incroyable à toute une génération juste avec un son et un ralenti!

Mais la question que je me suis toujours posé, c’est combien valait Steve Austin avant son opération?

Parce qu’il s’est mis à valoir 3 milliards uniquement parce que son gouvernement a décidé d’investir en lui, mais avant cela, est ce que cela signifie qu’il valait rien? 

Avant son accident, Steve Austin était astronaute...est ce que les découvertes scientifiques auxquelles il a contribué sont quantifiables?

Est ce qu’au fond, il ne valait pas déjà bien plus que 3 milliards?

Super Jaimie était institutrice...combien ça vaut l’accès à l’éducation d’un enfant?

Steve Austin vaut 3 milliards de dollars parce que ses implants font de lui un homme augmenté!

Jeff Bezos, le PDG d’Amazon est un homme qui vaut 87 milliards... mais qui n’aime pas les augmentations!

Attention, je suis pas en train de dire que Jeff Bezos ne les mérite pas...je ne veux pas énerver Dominique Seux, le capitalisme c’est génial, tout ça, tout ça... mais peut être qu’une infirmière, un enseignant, un chercheur mérite plus?

À une heure où on est joyeusement en train de trier les gens entre ceux qui sont essentiels et ceux qui ne le seraient pas! 

Où chaque journal égraine les victimes du Covid avec la désinvolture de la famille Addams!   

Est ce qu’on se rend compte qu’il y a des gens derrière les chiffres?

Alors certes, c’est peut être pas des hommes et des femmes qui valaient 3 milliards, mais pour les fils et les filles, les frères et les soeurs de ces gens là...

C’étaient des vies qui n’avaient pas de prix! 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.