Ensemble, on va essayer de vous faire découvrir des choses sur cette fabuleuse saga du jeu vidéo... et qui sait peut-être même vous donner envie d’y jouer !

Ubisoft présente "Assassin's Creed 3" lors de l'E3 (Electronic Entertainment Expo, le salon international du jeu vidéo), les 5-7 juin à Los Angeles.
Ubisoft présente "Assassin's Creed 3" lors de l'E3 (Electronic Entertainment Expo, le salon international du jeu vidéo), les 5-7 juin à Los Angeles. © AFP / JOE KLAMAR

En 2007, le studio Ubisoft sort un jeu vidéo qui a la bonne idée de donner aux joueurs la possibilité d’incarner Altaïr, un assassin évoluant dans le Jérusalem du XIIe siècle, mais aussi Desmond son descendant du XXIe siècle qui revit la vie de son ancêtre grâce à une machine nommée « L’Animus » ! 

Le but du jeu est simple, dans un monde ouvert, il faut enquêter sur le passé afin de découvrir de puissants artefacts cachés dans le futur.

Le deuxième “Assassin’s Creed” nous emmènera en Italie, en pleine période de la Renaissance, et dans la France de la Révolution, puis aux États-Unis, dans la Nouvelle-Orléans aux heures sombres de l’esclavage, en Chine, à Londres, ou même en Égypte et dans la Grèce Antique !

En très peu de temps, au regard d’autres franchises du jeu vidéo, “Assassin’s Creed” s’est imposé comme une référence du jeu en monde ouvert, mais aussi comme un outil de médiation formidable pour les professeurs d’Histoire ou les étudiants en muséologie. 

“Assassin’s Creed” c’est quoi ?

Il s’agit conflit millénaire entre deux entités les Assassins et les Templiers, chacun défendant une vision de la gestion de la société. Les Templiers essayent de gouverner la société à travers un ordre strict, visant à gérer la société par une minorité de personnes éclairées. Et les Assassins défendent au contraire la liberté d’expression, le libre-arbitre et la liberté absolue pour les peuples. C’est cette histoire qui va se retrouver dans tous les jeux de la franchise.

Toutes les actions des Assassins qui sont faîtes à travers le jeu visent à défendre leur idéal. Vous ne pouvez donc pas tuer un innocent, sinon c’est game over…

– Anthony Solaire

Le créateur du jeu : Ubisoft est l’une des plus grandes entreprises de jeux vidéo, et elle est à l’origine… française ! “Assassin’s Creed” est l’exemple type du blockbuster vidéo-ludique. Le jeu servait à vendre la console Xbox et c’est devenu une des poules aux œufs d’or d’Ubisoft au fil des épisodes.

Comment “Assassin’s Creed” s’est distingué de le flot continu de sorties dans le jeu vidéo ?

Il s'agit véritablement de l'aspect voyage dans le temps. Auparavant, on avait l’habitude de voir des jeux au Moyen Âge, au XVIIe siècle ou au XVIIIe siècle… mais le joueur était à chaque fois très extérieur à l’Histoire. Alors que dans “Assassin’s Creed” le joueur est vraiment dans l’univers… et c’est cette immersion dans un monde que l’on n’a pas connu et qu’on peut découvrir qui a séduit dès le premier opus et qui a emporté tout le monde. D'autant plus que tout est très bien reconstitué et très bien documenté.

Nous travaillons avec énormément d’historiens. Pour chaque opus nous travaillons avec des experts de la période donnée mais l’idée n’est pas non plus de faire une représentation exacte et scientifique. 

– Anthony Solaire

“Assassin’s Creed”, c'est la mise en abyme ultime du joueur de jeu vidéo : vous jouez quelqu’un qui joue lui-même à un jeu vidéo encore plus perfectionné où il joue son ancêtre.

– Olivier Bénis

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.