Retour sur qui était Hergé, comment lui est venue l'idée de créer Tintin, ce qui fait son style si particulier, les polémiques qui entourent “Tintin”... Et à l'heure des écrans dans tous les coins, des super-héros bodybuildés et des jeux vidéo toujours plus immersifs, y a-t-il encore de la place pour Tintin ?

Hergé tenant sa BD "Tintin", le 13 mai 1982, à Bruxelles, Belgique.
Hergé tenant sa BD "Tintin", le 13 mai 1982, à Bruxelles, Belgique. © Getty / Bernard CHARLON/Gamma-Rapho

Tintin est le journaliste belge le plus connu au monde, après Charline Vanhoenacker bien entendu ! Avec plus de 250 millions d’albums vendus sur la planète, traduits dans plus de 110 langues, Hergé, Georges Rémi de son vrai nom, était loin d’imaginer, en créant le célèbre reporter à la houppette à la fin des années 1920, que ce dernier allait devenir l'un des personnages de bande dessinée les plus populaires sur la planète. 

Accompagné de personnages aussi hauts en couleur que le capitaine Haddock, le professeur Tournesol, les Dupond et Dupont, sans oublier le fidèle Milou ! Ce sont plusieurs générations de lecteurs qui, depuis 90 ans, suivent les aventures sans cesse rééditées du petit reporter

Georges Rémi, G. R. ou R. G., qui est Hergé ?

Hergé... Georges Rémi... est belge, bruxellois surtout, et c'est un homme qui restera en Belgique jusqu'à la fin de ses jours. Il naît dans un milieu pas particulièrement aisé, qui n'a pas fait d'études particulièrement brillantes... Durant son adolescence il publie dans de toutes petites revues scoutes, mais il était plutôt autodidacte. Il n'avait pas de formation spécifique car il était beaucoup plus dans la caricature que dans le dessin académique. Puis il entre dans un journal très catholique et conservateur... C'est là qu'il va réussi, à part d'un point de départ pas très favorable, à créer une oeuvre universelle, et à s'affranchir de toutes les limites de son milieu.

Hergé a été édité au moment même où il débutait. Il avait encore un style modulable et cela lui a permis, avec la réception du public, de voir là où il devait s'améliorer pour plus de clarté de narration et plus de lisibilité du dessin. Hergé s'est ainsi inventé peu à peu : comme dessinateur, comme narrateur, et comme homme d'imaginaire.

Un style unique et à part... la « ligne claire »

C'est un dessinateur du noir et blanc, qui a cherché à concilier élégance et efficacité.

C'est cela la « ligne claire » : un dessin que tout le monde peut lire, même un tout petit enfant le comprend tout de suite. Quand on voit un original d'Hergé, on est émerveillé par les modulations du trait.

– Benoît Peeters

L'art du dessin chinois, la calligraphie... l'ont également beaucoup influencé. Tout comme le cinéma muet avec lequel il a grandi. Le cinéma muet a ancré en lui l'idée selon laquelle on pouvait tout raconter, seulement avec des images.

C'est cela le génie d'Hergé : ses histoires d'adressent à tous les niveaux; Le lecteur tout petit suit Milou et les âneries de Dupond et Dupont. Et le lecteur plus adulte va quant à lui s'intéresser à l'arrière-plan historique ou mythologique.

– Benoît Peeters

Comment est né Tintin ?

Tintin est né en 1929, sous l'incitation du rédacteur en chef du quotidien belge Le Vingtième Siècle : un journal catholique, très à droite et conservateur... Les Aventures de Tintin sont donc une oeuvre de commande, réalisée sous la conduite d'un abbé un peu rude d'esprit. La première destination pour Tintin est l'URSS... (Tintin au pays des Soviets) avec comme idée de montrer à quel point le communisme c'est mal...

C'est avec ce cahier des charges, Hergé a réussi à prendre des libertés et à en faire un récit d'aventure, avec une succession de moments burlesques, de gags visuels... où on retrouve très clairement l'influence du cinéma muet burlesque.

L'abbé cherchait également à faire croire que Tintin existait vraiment et qu'il était un reporter du journal. Le titre complet du premier numéro des aventures de Tintin était ainsi Les Aventures de Tintin, reporter du « Petit Vingtième », au pays des Soviets !

Le personnage de Tintin a souvent été accusé d'être un peu trop lisse, mais pour Hergé : Tintin était véritablement un masque que tout le monde pouvait porter. Donc quand vous lisez Tintin, vous êtes Tintin. Mais il est aussi et surtout entouré de personnages marginaux, déviants, dépendants à la drogue, à l'alcool... Donc c'est un monde beaucoup moins lisse qu'on peut le croire.

– Benoît Mouchart

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.