Retour sur la création des "Chevaliers du Zodiaque", la carrière de Masami Kurumada et en quoi ces œuvres précédentes étaient la matrice des Chevaliers ! Et nous tenterons de comprendre ce qui a fait de "Saint Seiya" un animé si singulier !

Le dessin animé "Les Chevaliers du Zodiaque", créée d'après le manga Saint Seiya de Masami Kurumada, diffusé en France dans le Club Dorothée à partir de 1988.
Le dessin animé "Les Chevaliers du Zodiaque", créée d'après le manga Saint Seiya de Masami Kurumada, diffusé en France dans le Club Dorothée à partir de 1988. © KANA / Studio d’animation : Tōei Animation

Depuis trois saisons de Blockbusters, lorsque j’évoque les sujets que l’on pourrait aborder dans l’émission avec les internautes, une question revient extrêmement souvent: « Quand allez-vous parler des Chevaliers du Zodiaque... Saint Seiya pour les puristes ! ». En effet, même si dans le monde du manga et de l’animation, Dragon Ball et One Piece constituent les deux piliers du "shonen" mondialisé. Le shonen étant un type de manga plus spécifiquement destiné aux jeunes garçons... On aurait tendance à oublier qu’en 1988, la série d’animation star des mercredis, c’était Les Chevaliers du Zodiaque ! Fruit de l’imaginaire du mangaka Masami Kurumada, ces jeunes garçons filiformes, aux armures magnifiques, totems de leurs constellations, sont très vite devenus les stars des cours de récré !

Masami Kurumada a créé un hyper-mythe en mélangeant toutes sortes de mythologies : grecques, nordiques et asiatiques.

– Matthieu Pinon

Un manga de Masami Kurumada

Masami Kurumada est un mangaka qui a commencé à dessiner dans le style nekketsu : c'est à dire des combats avec la représentation du dépassement de soi, un héros chancelant, qui va tomber, mais qui va finir par se relever pour donner le coup fatal... Kurumada convoquait déjà différentes mythologies dans ses mangas avant Saint Seiya, mais ça ne fonctionnait pas vraiment.

Quand il a fini par sortir Saint Seiya, il avait conscience de ses bides précédents, mais cette fois-ci il avait vraiment réuni tous les éléments pour que cela fonctionne. Et avec l'arrivée du dessin animé, la voie royale était toute tracée pour Les Chevaliers du Zodiaque.

D’un manga populaire à un animé international

Le dessin animé a magnifié les dessins de Masami Kurumada, très traditionnel dans ses mangas et dont le style faisait plutôt partie de la “vieille école”. Le graphisme des armures a été amélioré. Les personnages, plutôt androgynes dans le manga, sont devenus beaucoup plus musclés dans le dessin animé. Les musiques, entre mélopées et thèmes épiques, ont également considérablement renforcé l'impact de la série sur les jeunes générations.

Saint Seiya c'est l'histoire d'un affrontement entre différents types de valeurs. 

– Clément Le Duc

La violence des Chevaliers du Zodiaque

Le CSA a censuré certains épisodes, en faisant même passer certains de de 26 minutes à 12, voire même 10 minutes.

Le Club Dorothée achetait les mangas animés au kilo, sans forcément les regarder. Et c'est pour cela que des psychologues ont été appelés ensuite pour identifier des séquences à censurer.

– Elsa Gambin

À l'époque, il coûtait beaucoup moins cher d'acheter des dessins animés japonais en série, plutôt que de faire importer des dessins animés américains. Et l'équipe du Club Dorothée n'avait pas beaucoup de temps pour étudier les différents dessins animés et les choisir. En général ils avaient juste le temps de regarder le premier épisode et ils choisissaient. 

[+] pour aller plus loin

Les invités
  • Elsa Gambinjournaliste société, cinéma, séries
  • Matthieu Pinonjournaliste spécialisé en pop culture japonaise
  • Clément Le Ducspécialiste en animés et en mangas, rédacteur pour le magazine AnimeLand
Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.