Depuis un an, on entend beaucoup parler du fameux facteur bénéfices/risques. Frédérick Sigrist nous explique que dans les films, ces risques ne valent souvent pas les bénéfices.

Je ne sais pas comment vous faites pour, chaque matin, être sur le pied de guerre, à annoncer des horreurs à des auditeurs qui n’ont pour la plupart même pas encore bu un café.  Vous savez comment on appelle la petite claque que l'on met sur le derrière des nouveaux nés pour les faire pleurer chez les puéricultrices ? 

Le 5/7 ! 

Parce que l’actualité va tellement vite. Vous vous rendez compte que l’année dernière à la même époque, on était dans un autre monde : la cérémonie des César avait fait scandale, On attendait la sortie du dernier James Bond et de Black Widow au cinéma, les services de réanimation étaient au bord de la saturation, on critiquait la gestion du gouvernement. Et on se demandait tous si le président allait confiner le pays ou non… Alors qu’aujourd’hui ? 

C'est pareil !

Techniquement, on n’a pas bougé. En général, quand tu fais une balade en forêt, et qu’après avoir marché pendant un an, tu te retrouves devant le même arbre, je crois qu’on peut dire que tu t’es perdu.

Jean Castex, tu sens bien qu’il a l’orgueil mal placé du daron qui veut pas dire qu’il sait pas lire une carte. Néanmoins, même si depuis un an on fait du surplace, j’ai le sentiment qu’intérieurement on a tous un peu changé. J’ai des amis qui, il y a un an faisaient du pain, l’école à la maison, chien tête en bas/chien tête en haut en regardant des vidéos de yoga ! Ils envisageaient de quitter leur job pour se lancer dans la permaculture…

Aujourd’hui, tu les écoutes, les mêmes disent : "On vaccine tout le monde avec le premier vaccin qu’on trouve ! Russe, Chinois, Astra Zeneca, Lidl ou leader Price, je m’en fous! Et le premier petit vieux qui n'en veut pas : on l’enferme !"

En un an, il y a des gens, ils sont passés de Caroline Ingalls à Jack Bauer

Vous vous souvenez de Jack Bauer ? 

Pour le situer, il est et agent de la cellule anti-terroriste de Los Angeles qui avait toujours 24 heures pour empêcher l’explosion d’une bombe nucléaire, sauver le Président, résoudre le conflit israélo-palestinien, retrouver sa fille et refaire le carrelage de sa salle de bain. Tout ça, la vessie pleine… !

La force et même je dirais la perversité de cette série, c’est qu’elle embarquait Jack Bauer et le spectateur dans une telle situation de crise que l’on en venait à comprendre, et même à justifier, les méthodes expéditives de Jack Bauer !

Par exemple, je schématise, mais si pour empêcher une bombe nucléaire d’exploser, Jack Bauer devait abattre un bus rempli de bonnes sœurs, on savait que les nonnes n'étaient pas dans la saison d’après. 

24heures chrono, une série qui mettait sans cesse le spectateur en face de fameux facteur bénéfices/risques

Jack Bauer, lui continuerait de vacciner à l’Astra Zeneca ! On aurait beau lui dire :

- "Ecoute Jack, il y un très faible pourcentage de chances que ça provoque la formation de caillots dans le sang!"

- "Damned ! On prend le risque !"

Car il est dans un contexte d’urgence : à circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles ! 

Mais la pop culture nous met aussi en garde contre le fameux facteur bénéfice/risque

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans la série Game of Thrones, faire appel à Danenaerys et ses dragons pour vaincre les marcheurs blancs, ces zombies venus du froid, semblait au départ être une bonne idée. Le même genre d’idées qui a poussé les Etats-Unis à financer et à armer les moudjahidines afghans contre les Russes en pleine guerre froide. On connait la suite…

Dans Avengers 2... J'ai le droit d'en parler depuis que Marlene Schiappa cite Spider-Man, j'ai le droit de parler de géopolitique !

Iron Man,Tony Stark.. .Je sais que je vous perds : Tony Stark, c'est Murray dans Riptide mais chez les super héros ...Tony Stark crée Ultron, une intelligence artificielle qui est censée protéger la terre plus efficacement contre l’invasion de l’armée  de Thanos ! Ultron se révolte contre son créateur et tente d’anéantir toutes formes de vie organique. 

Aux Antilles, le chloderchone, un pesticide très dangereux, devait initialement faire disparaitre le charançon, un insecte qui menaçait les plantations de bananes. Le problème c'est qu’aujourd’hui la terre est contaminée pour plus de 700 ans, et ces départements enregistrent le plus fort taux de cancer de la prostate… 

Dans Matrix qui parle lui aussi d’une guerre entre humains et machines, il est intéressant de voir qu’initialement, les machines tentent de faire la paix avec les humains en leur envoyant des ambassadeurs.

C’est ce que l’on voit dans le dessin animé Animatrix : la seconde renaissance réalisé par Mahiro Maeda.

Ce sont les humains qui refusent la main tendue par les machines et qui décident de les priver de l’énergie en obscurcissant le ciel. Dans Matrix, si le futur est aussi apocalyptique, on a tendance à l’oublier, ce n’est pas la faute des machines qui n’ont fait que s’adapter, mais la faute des hommes. Ces trois œuvres de pop culture, sont trois exemples de mesures où les risques ont pris le pas sur les bénéfices. 

Ce que la fiction tente de nous enseigner, c’est qu’en temps de crise, il faut résister à la précipitation et ne pas faire des solutions d’aujourd’hui les problèmes de demain…