Plongée dans la création de Rocky, la bataille de Stallone pour avoir le rôle alors même qu'il en avait écrit le scénario, les différents épisodes de la saga qui sont autant un voyage dans la vie d'un acteur qu'une Histoire de l'Amérique… Et en quoi derrière cette franchise il y a de vrais morceaux de films d'auteurs ?

Sylvester Stallone dans "Rocky II", de 1979 : film écrit et réalisé par lui-même.
Sylvester Stallone dans "Rocky II", de 1979 : film écrit et réalisé par lui-même. © AFP / Bert Reisfeld / dpa Picture-Alliance

Alors que le cinéma américain s’est toujours plongé dans la littérature ou la bande dessinée pour trouver des franchises à adapter, en 1975, Sylvester Stallone un acteur alors sans emploi et sans le sou, décide de plonger en lui pour créer un des personnages de cinéma le plus connu de la culture populaire : Rocky Balboa !

Si Stallone a créé Rocky, on peut dire que c’est également Rocky qui a créé Stallone. Indissociables l’un de l’autre depuis maintenant quatre décennies, Rocky est en quelque sorte une sorte de journal intime de la vie de Sylvester Stallone. Chaque Rocky a dit quelque chose de profondément intime sur l’état d’esprit de Stallone, de ses débuts modestes à son évolution en star des films d’action des années 1980, ses crises d’ego avant une traversée du désert au début des années 2000 qui s’est achevé en 2006 avec un retour aux sources.

D'où vient Rocky ?

Initialement, Rocky vient d'un match de boxe que Sylvester Stallone a vu à la télévision : entre un obscur boxeur irlandais de troisième zone, Chuck Wepner, et Mohammed Ali. Il ne gagne pas le match mais il parvient à faire tomber Ali. Stallone écrit un film inspiré de cette histoire, le propose à des producteurs... le projet intéresse mais ils veulent Robert Redford comme acteur. On lui a proposé une immense somme d'argent pour ne pas jouer le premier rôle. Mais Stallone a tenu bon. C'est le meilleur refus de l'Histoire.

La carrière de Stallone était vraiment au rabais, il ne décollait pas, son agent ne le rappelait jamais... il avait même candidaté en tant que figurant pour Le Parrain et n'a pas été pris car il ne faisait pas assez "italien", alors que Stallone est véritablement italo-américain.

– Jean-Baptiste Toussaint

Il avait 116 dollars en poche et vivait dans une caravane. Il avait même vendu son chien... L'histoire de Rocky et la vie de Stallone reprennent vraiment l'American Dream !

Trois Oscars pour le tout premier Rocky !

Le premier Rocky, celui de 1976, a raflé par moins de trois Oscars lors de la cérémonie de 1977 : l'Oscar du meilleur film, celui de la réalisation et celui du montage ! Qui plus est, tous les comédiens du film ont été nommés dans leur catégorie.

A l’époque Rocky a gagné devant l'Oscar du meilleur film devant des films incroyables comme Les Hommes du président et Taxi Driver.

– Dedo

Une saga imprévue !

Comme pour Die Hard, nous en parlions dans une précédente émission, Rocky n'était pas prévu pour être une saga. A l'époque très peu de personnes croyaient au potentiel de ce film, y compris United Artist, le distributeur du film. Pourtant le film a eu un succès de blockbuster, et il a lancé la franchise !

A partir de Rocky 3, Stallone est une grosse star américaine, il devient une grosse figure de l'Amérique reaganienne. Cela change également les Rocky, autant les deux premiers peuvent être apparentés à des films d'auteur, autant la suite ressemble vraiment à des blockbusters.

– Jean-Baptiste Toussaint

Les films deviennent très clippés, avec des flash-back, des corps très huilés et bodybuildé, ainsi que l'arrivée des séquences de montage et d'entraînement qui sont véritablement devenu des marques de fabrique de la franchise.

Plus qu'un film de boxe, un film de valeurs

Les Rocky, ce ne sont pas des films de boxe, mais des films sur la résilience. Dans la saga, Rocky a plus perdu que gagné,  il a perd son entraîneur, sa femme, son meilleur ami, tout son argent... Le personnage résiste, il essaye toujours de s'en sortir malgré tout. C'est une saga qui a valeur d'éducation. On y est question d'abnégation : ne jamais abandonner, continuer de se relever, ne jamais rester au sol...

La saga est éminemment romantique car Adrian donne une seconde vie au personnage de Rocky. Ils sont unis jusqu’au bout. Il lui dit souvent « we did it » ! Cette saga parle de romantisme, de fidélité, et c’est en cela que la série a du marquer autant de gens.

– Dedo

Rocky comme alter ego de Sylvester Stallone

La trajectoire de vie du personnage de Rocky, est parallèle à celle de Sylvester Stallone. Il y a un vrai parallèle entre l'histoire de Rocky Balboa et la vie de Sylvester Stallone, c'est quasiment métaphysique et c'est très troublant. Stallone avait beaucoup de soucis financiers, Rocky représente vraiment le rôle de sa vie, qui le sort de la pauvreté et de l'anonymat. Le parcours de Rocky avec toutes ses difficultés, retrace bien le chemin de croix que Stallone a du éprouver. Rocky est une saga sur un loser qui devient quelqu'un de grand, et qui parvient à accomplir sa vie avec toutes ses pertes et ses échecs.

Il y a toute l'histoire de Sylvester Stallone dans Rocky, mais Stallone est aussi un homme complètement protéiforme, en musique on dirait qu'il est un homme-orchestre. Il part de son écriture, de son imagination... Il a créé tout un tableau de vies, avec le port, tous les gens qui gravitent autour de son personnage... Rocky c'est une tranche de vie qui n'est pas seulement la sienne.

De plus, il écrit merveilleusement bien pour les femmes. Il aime les gens, c'est aussi con que cela. Il leur donne les moyens de s'exprimer et leur donne de plus en plus d'importance au fil des films.

– Alain Dorval

[+] pour aller plus loin

Les invités
  • Alain Dorvalcomédien, doubleur, voix française de Sylvester Stallone
  • Alix Dulacjournaliste sportif, e-sport et jeux vidéos
  • Dedoauteur, comédien, humoriste et co-créateur de l'émission "L'Histoire racontée par des Chaussettes" sur youtube
  • Jean-Baptiste Toussaintspécialiste cinéma et séries, photographe, vidéaste et fondateur de la chaîne Youtube "Tales From The Click"
Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.