Retour sur la genèse de “Resident Evil, son créateur Shinji Mikami, les évolutions de la saga… Quel est ce genre que l’on appelle le “survival horror” ? En quoi l’histoire s’inspire des films de George Romero : des films d’horreur très politiques et subversifs ? Et surtout pourquoi il est si jouissif de se faire peur ?

Affiche du "Resident Evil 2 - le remake", développé par la société Capcom, et présenté à la Paris Games Week, le 27 octobre 2018.
Affiche du "Resident Evil 2 - le remake", développé par la société Capcom, et présenté à la Paris Games Week, le 27 octobre 2018. © Getty / Chesnot

En 1996, imaginez la petite ville américaine fictive de Racoon City, une ville comme on en voit tant dans des films ou des séries télés... Des disparitions inexpliquées surviennent ! Très vite les soupçons se portent vers un manoir se situant à quelques kilomètres de la ville, on décide d’envoyer deux équipes de policiers locaux enquêter là-bas, les STARS (Special Tactics And Rescue Service). L’équipe Bravo et l’équipe Alpha... L’équipe Bravo disparaît dans un étrange accident d’hélicoptère, l’équipe Alpha, attaquée par des chiens d’une férocité sans pareille, est contrainte de se réfugier dans ce manoir !

Maintenant imaginez que vous auditeurs, vous êtes l’un d’entre eux et qu’il va vous falloir survivre dans cette étrange bâtisse où les morts semblent revenir à la vie ! C’est sur la base de ce scénario de film d’horreur que Capcom, une société de jeu vidéo japonaise a créé la saga Resident Evil ! Une saga terrifiante qui sept épisodes plus tard continue de cartonner auprès des joueurs du monde entier. 

La genèse de Resident Evil

Capcom voulait se diversifier. Ils ont fait appel à Shinji Mikami, qui est quelqu'un de très minutieux et de très perfectionniste. Il voulait créer le jeu d'horreur par fait.

Il n'y a pas une grande qualité d'écriture dans le jeu, les personnages sont assez caricaturaux, l'histoire est assez lambda... mais le cadrage de la sage est extrêmement cinématographique. Dans les trois premiers épisodes, le jeu joue énormément sur les hors-champs. La caméra est fixe, et ne permet pas au joueur de faire tourner l'environnement afin de voir tout ce qu'il y a dans la pièce, dont les zombies...

Shinji voulait changer de personnages à chaque épisode, il voulait à chaque fois des personnages naïfs, qui découvrent l'horreur et qui sont perdus dans leur environnement. Mais finalement il a su créer des liens entre ses personnages et les faire évoluer.

– Michael Naigeon

Qu'est-ce que le survival horror ?

Il s'agit d'un genre, dans le cinéma et dans les jeux vidéo, où vous êtes seul dans un monde que vous ne maîtrisez pas, où vous êtes poursuivi par des choses que vous ne connaissez pas.

Vous prenez un lieu isolé, vous y mettez une personne ou un groupe, vous saupoudrez cela de mystère, vous rajouter deux-trois créatures et vous laissez mijoter.

– Yannick Le Fur

L'évolution de la saga

A partir du quatrième jeu, l'orientation de la saga est allée vers beaucoup plus d'action. Très vite le joueur peut avoir un lance-roquette et même un fusil à pompe. Les Resident Evil 4, 5, 6 sont des jeux plus ouverts et sur plus d'action. Toutefois on retrouve toujours les codes du cinéma d'horreur.

Capcom parvient à se renouveler, à écouter les fans et réussit à changer l'ambiance tout en gardant l'ADN de la saga.

– Yannick Le Fur

[+] pour aller plus loin

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.