"Final Fantasy" est devenu une véritable fresque dans l'univers du jeu vidéo ! Le jeu est né en 1987 au Japon et depuis 30 ans il ne cesse de conquérir le monde, avec de nouveaux jeux à chaque nouvelle génération de console... Frédérick Sigrist et ses invités plongent dans l'univers et l'historique de "Final Fantasy" !

Lancement du DVD de "Final Fantasy VII : Advent Children" au Arclight Theatre - Hollywood, avril 2006
Lancement du DVD de "Final Fantasy VII : Advent Children" au Arclight Theatre - Hollywood, avril 2006 © Getty / L. Cohen

Depuis 1987, chaque sortie d’un nouveau Final Fantasy est un événement ! Rares sont les jeux qui ont créé une telle ferveur autour d’eux, car contrairement à d’autres jeux auxquels on peut jouer de manière plus désinvolte, on s’investit dans un Final Fantasy ! On vit l’histoire, à chaque opus différent, on passe tellement d’heures à faire monter ses personnages, à débloquer les célèbres invocations... Final Fantasy, c’est un petit bout de vie ! Comme un roman que l’on peine à lâcher tant il est passionnant !

Pour retracer l’histoire de la saga créée par Hironobu Sakaguchi, Frédérick Sigrist et ses invités plongeront dans la genèse de ce jeu, ce qui en fait une œuvre unique, les meilleurs numéros de Final Fantasy... mais aussi le compositeur Nobuo Uematsu qui est à Final Fantasy ce qu’Ennio Morricone est à Sergio Leone. 

La création de "Final Fantasy"

Final Fantasy c'est un jeu qui cristallise les "casual gamers" : ceux qui vont jouer à FIFA, à Call of Duty... et les amateurs de la culture du RPG : du jeu de rôle japonais.

Marilys Vallet :

A la fin des années 80 le studio de jeux vidéo Square Enix était dans une grande difficulté financière et sur le point de mettre la clé sous la porte. Alors Sakaguchi se dit : il faut que je fasse le jeu que j'ai toujours eu envie de faire, puisque ce sera certainement la dernière chose que je ferais chez Square, c'est la dernière fantaisie que je vais faire donc on l'appellera Final Fantasy. Il s'entoure d'amis, de confrères... et le succès est arrivé très très vite, et a sorti Square de cette panade financière.

Les opus de "Final Fantasy" présentent souvent des personnages en rébellion par rapport à une puissance dominante.

Raphaël Lucas :

C'est quelque chose que l'on retrouve dans toute la série : toujours en opposition à un envahisseur, une invasion... ou des personnages qui cherchent leur destin.

Une mécanique de jeu datée ?

Olivier Bénis :

Final Fantasy est intimement lié à l'histoire de l'évolution du jeu vidéo,  c'est une série qui s'est approprié au fil des années et des décennies les évolutions technologiques et les évolutions de jouabilité, de gameplay... Le tout premier est un jeu assez austère, c'est très basique et il y a très peu de scénario. Puis les épisodes avancent et ont des scénarios plus développés, jusqu'à des choses plus complexes.

Il y a une évolution du scénario en parallèle de l'évolution technologique, qui fait que les "Final Fantasy" sont des vitrines techniques de ce qui se fait à leur époque. C'est un jeu impressionnant à voir, même si on n'y joue pas.

Le compositeur Nobuo Uematsu

Le succès de Final Fantasy tient bien évidemment au génie d’Hironobu Sakaguchi mais aussi aux thèmes musicaux majestueux composé par Nobuo Uematsu. Dans l’industrie du jeu vidéo, on ne parle pas assez de l’apport essentiel de la musique et Nobuo Uematsu n’est pas surnommé le Beethoven de la musique de jeu vidéo pour rien...

Références

1987-2017 : Voilà 30 ans que la saga Final Fantasy fait rêver des millions de joueurs, article de Daily Geek Show en 2017

La saga Final Fantasy : plus que du jeu vidéo ?, article de Gamewave en 2016

Final Fantasy XV : retour gagnant, dans Le Point Pop en 2016

Final Fantasy, saga emblématique de l'histoire du jeu vidéo, article du Monde en 2015

[ + ]

Et retrouvez le livre de Raphaël Lucas : Final Fantasy –  La Légende Final Fantasy I, II, III (publié aux éditions Thirds en 2017)

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.