En Mai 2021, après "Maléfique", Disney est censé sortir "Cruela" sur les écrans… Frédérick Sigrist se demande d’où vient cette obsession à faire des films sur les méchants… Et donc il nous parle de Buffy car tous les chemins mènent à Buffy.

Sarah Michelle Gellar, Charisma Carpenter, Nicholas Brendon, Alyson Hannigan and Seth Green dans "Buffy The Vampire Slayer" (1998)
Sarah Michelle Gellar, Charisma Carpenter, Nicholas Brendon, Alyson Hannigan and Seth Green dans "Buffy The Vampire Slayer" (1998) © Getty / Warner Bros

Cette semaine, comme toutes les semaines d’ailleurs, je préparais une de mes émissions avec un professionnalisme qui fait la fierté du service public : c’est à dire que je regardais des bandes-annonces de films, en pyjama, à 15h30 de l’après-midi, car c’est la vie que j’ai choisie. Quand soudain, je suis tombé sur la bande annonce d’un prochain film de Disney : Cruela. 

Ils ont fait un film sur les origines de Cruela ! La méchante des 101 Dalmatiens, vous voyez qui c’est ? 

Cruela, c'est Muriel Penicaud avec la garde-robe de Genevieve de Fontenay !

Il y a donc chez Disney quelqu'un qui s’est dit en regardant ce personnage de dessin animé, dont la seule motivation, je le rappelle, est d’avoir un manteau en peau de dalmatien : "Tiens, quelle est donc la vie de cette femme ? J’écrirai bien un film d’une heure et demi pour savoir d’où elle vient et quelle est sa motivation première".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

On est dans un dessin animé qui date de 1961 où une méchante, contente d’être méchante, veut se faire un imper en peau de clébard ! Qu’est ce qu’il y avait à expliquer de plus ? 

Je ne comprends plus cette époque

À quel moment est-ce devenu essentiel de montrer que Gargamel n'aime pas les Schtroumpfs parce qu’il n'a pas digéré des cèpes quand il était tout petit ?

Cette fois-ci, c’est Emma Stone qui va incarner Cruela, cette femme qui au vu de la bande-annonce, va tenter de s’affranchir de sa condition sociale. Moi je ne m’en rendais pas compte mais Cruela dans les 101 dalmatiens, c’est Bel Ami de Maupassant !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les 101 dalmatiens, c’est les 101 étages de l’ascenseur social.

Avant, on avait eu droit à Maléfique avec Angelina Jolie... Maléfique dans la Belle au bois dormant, c’est la sorcière qui a des pouvoirs qui ressemblent à du Stilnox mal dosé : elle te jette un sort, tu dors mille ans ! 

Dans le film, on se rendait compte que Maléfique, bah elle ne l’était pas.

Mais c’est de leur faute aussi à choisir des noms comme ça Maléfique, Cruela, Eric Zemmour... Tout de suite, nous on se dit, tu t’appelles Cruela, forcément, tu n'es pas assistante maternelle. 

Maléfique dans le film était en fait une femme amoureuse trahie par le roi parce qu’on le sait tous les rois sont des salauds !

En général, c’est là que Stéphane Bern intervient : "Euh non, pas tous les rois !"

Et tout d’un coup, en voyant tous ces films basés sur des super vilaines : Maléfique, Cruela, Birds of Prey, la fabuleuse émancipation d’Harley Quinn, il y a un schéma narratif qui semble de plus en plus clair. 

Ce qu’Hollywood est en train de nous dire plus ou moins consciemment, c’est qu’avant de devenir des super méchantes, il y a toujours des femmes bafouées avec un agenda féministe...

Alors je ne sais pas si c’est un message progressiste ou réactionnaire. Dark Vador végétarien, je suis pas bien sûr que ça fasse vraiment avancer l’écologie...

C’est quoi cette envie de plonger dans la tête des méchants ?

J'ai un pote qui regarde un film où on lui montre que le Joker a soi-disant des raisons pour assassiner des gens, il appelle ça de la nuance et de la maturité scénaristique... Par contre, moi qui lui dis que tous les musulmans ne sont pas des terroristes et même qu’ils font partie des premières victimes, il va me dire que c’est de la bien-pensance et me traiter d’islamo-gauchiste.

C’est bizarre quand même d’avoir plus d’empathie pour un clown tueur que pour ta voisine de palier voilée...

En 2021, la nuance, tu vois plus ça qu’au cinéma...

Mais moi, je vais vous dire, je n’ai pas attendu que l’on fasse des films sur les super vilaines pour savoir qu’une femme pouvait être forte, indépendante, ou nuancée... Déjà parce que j’ai la chance de travailler avec vous, mais aussi parce que j’ai grandi avec ça :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Buffy contre les vampires", cette série créée par Joss Whedon, avec Sarah Michelle Gellar dans le rôle titre

J’ai été circoncis Laetitia,  ça m’a moins marqué que cette série ! 

Cette héroïne aux supers-pouvoirs qui conciliait sa vie d’étudiante avec sa mission de tueuse de vampires ! Buffy, c’était l’ami que j’aurais aimé avoir, c’est aussi l’homme que j’aurais voulu devenir, la fille que j’espère élever ! C’était une héroïne écrite tout en nuance. Buffy pouvait être drôle, intrépide mais pouvait aussi douter ou même être agaçante. 

Les adversaires que Buffy a rencontrés tout au long de sa scolarité qui s’étale sur sept saisons n’étaient pas seulement des créatures de cauchemars fantastiques mais un panel assez complet de tout ce qui constitue un environnement toxique. Beau-père abusif, petit-ami non-respectueux, professeur castrateur ou pervers narcissique... Les ennemis de Buffy avaient le visage de leur méchanceté mais frappaient bien souvent plus fort par leurs petites phrases que par leurs coups

Et pendant longtemps, j’ai imaginé que Joss Whedon, ce scénariste féministe avait un talent inné pour se mettre dans la tête d’un sale type.

Il y a quelques semaines, une des actrices Charisma Carpenter, Cordelia dans la série Buffy et Angel, soutenue par le reste du casting a révélé que Joss Whedon avait malheureusement mis beaucoup de lui dans ces personnages de salaud

Aussitôt le fan que je suis à eu envie de se transformer en maitre Dupond-Moretti de sa passion : "Il faut séparer l’artiste de l’œuvre, peut-être que c’est le prix à payer pour le talent, tout ça, tout ça..."    

Et puis j’ai réalisé qu’au cinéma, j’en avais marre des films qui trouvent des excuses aux méchants, dans la vraie vie, il fallait peut être arrêter de trouver des excuses à ceux qui essaient de se faire passer pour des gentils.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.