Les salles de cinéma sont encore fermées pour un bout de temps, pour Frédérick Sigrist, c’est l’occasion de revenir sur un film qui crie son amour du cinéma : "Last Action Hero" de John Mac Tiernan.

Frédérick Sigrist : "Le cinéma me manque comme le pouvoir manque à Manuel Valls. D’ailleurs c’est gentil à Léa et Nicolas d’avoir pris de ses nouvelles cette semaine… En l’entendant parler lundi au 7/9, je me suis dit : "Tiens, j’appelle pas assez mes grands-parents…"

Le cinéma me manque à un point Laetitia

L’autre fois j’ai essayé d’acheter du pain avec ma carte UGC ! La boulangère m'a répondu : « Non mais, c’est sans contact »Madame, il n’y a pas de carte avec laquelle j’ai moins de contact, j’ai plus rien, il y a plus de films… Ils ont même repoussé Pierre Lapin 2 !

A UGC ils ont arrêté de prélever mon compte, je ne leur ai même pas demandé, c’est bien un signe que même eux ils y croient plus. SFR, ça fait deux ans que je veux résilier l'abonnement, il a fallu que j’envoie sept lettres recommandés, 19 mails, 4 pigeons voyageurs et une famille de moldaves sortant de prison avec des battes de baseball, et ils continuent de me prélever !

UGC, 1 an de pandémie, ils ont déjà lâché l’affaire !

C’est une catastrophe ! Aux Etats-Unis, King Kong contre Godzilla ne va pas sortir au cinéma mais directement sur la plateforme HBO Max ?! Oui Laetitia, ne me regardez pas comme ça, ils font un remake de King Kong contre Godzilla ! Je trouve que c’est un excellent pitch ! 

Moi vous me faites un film intitulé « Jean Lassalle et Jean Luc Mélenchon contre les ninjas de l’espace »… Je peux aller voir ce film ! Il faut arrêter de tout le temps être dans le jugement en France. 

Antoinette dans les Cévennes, c’était un film d’une heure sur une nana qui fait une  randonnée avec un âne. Et Laure Calamy a eu le César hein, donc arrêtez de faire croire que les scénarios du cinéma français, ça a tout le temps la taille du code civil !

Pour moi King Kong contre Godzilla, ça se voit forcément sur grand écran, sans quoi sur une télé, King Kong et Godzilla, c’est des Pokemons sauf que c’est pas toi qui joue !

Moi je veux voir du cinéma grand spectacle, avec le son de la salle trop fort, je veux pouvoir me retourner pendant la séance pour crier : "Chut !" aux blaireaux qui expliquent le film à leurs voisins entre deux bouchées de pop corn et des coups de pieds dans mon siège. En plus, c’est Fast and Furious 9 le film, donc s'il ne comprend pas ça, c’est que ton pote est sûrement en train de faire un AVC et qu’il s’en rend pas compte. 

Je veux des héros qui marchent lentement sans regarder l’explosion qu’il y a derrière eux… Un peu comme un politicien qui ferait jamais son bilan. 

Je veux ce cinéma qui te fait oublier pendant une ou deux heures les conférences de presse de Jean Castex. En fait je veux être comme le petit Danny Madigan dans Last Action Hero

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Last action hero est un film culte de John Mac Tiernan sorti en 1993

Un film devenu culte avec le temps parce qu’à sa sortie, ça a fait un flop ! C’est un film qui en effectuant une mise en abîme du cinéma d’action a finalement eu raison trop tôt. Pourtant Last Action Hero, c’est déjà une bande son de folie, on vient d’entendre ACDC avec le titre Big Gun mais il y a également Megadeth avec Angry again… Mais du métal à 6h54, on m’a dit : "tu te calmes Frederick !"

Ensuite John Mac Tiernan, c’est un dieu de la réalisation, c’est à lui que l’on doit Piège de cristal, Predator, Une journée en enfer, A la poursuite d’octobre rouge ! Des films qui au-delà de leur étiquette films de genre sont des chefs d’œuvre de montage et de mise en scène.

Dans ce film, Dany Madigan est un gamin qui vit seul à New-York, dans un quartier malfamé, avec sa mère qui peine à joindre les deux bouts.

Et la passion du petit Danny pour échapper à cette réalité glauque c’est le cinéma et notamment Jack Slater, une caricature du cinéma d’action des années 1990, un flic badass qui ne respecte pas le règlement, qui fume le cigare avec des bottes en croco, un gros flingue à la ceinture, et la mâchoire carrée d’Arnold Schwarzenegger qui balance des punchlines ringardes du genre : “Dedans avec les miens, dehors en citoyen !”

À travers la figure de Jack Slater, John Mac Tiernan rend hommage à son propre cinéma, il cite aussi bien Piège de cristal avec une prise d’otage dans un immeuble, Predator ou le cliché du flic noir en colère, mais aussi le cinéma de Richard Donner avec L’Arme Fatale, James Cameron avec Terminator et même Spielberg avec E.T et les dents de la mer !

Last Action Hero est une lettre d’amour à un cinéma du vrai et de la mise en scène que Mac Tiernan sentait à raison en voix de disparition face à un cinéma des effets spéciaux incarné par Jurassic Park qui allait tout écraser au box office la même année.

Dans ce film, la salle de cinéma, le grand écran, le projectionniste, deviennent littéralement un vecteur de magie. Car grâce à un ticket enchanté par Houdini lui même, Dany va se retrouver projeté dans l’univers de son héros. Un univers toujours ensoleillé où les voitures explosent dès qu’on leur tire dessus, où le héros survit à tout, où toutes les femmes sont jouées par des mannequins des années 1990, un commissariat où l’on peut aussi bien croiser la Sharon Stone de Basic Instinct, le T1000 de Terminator 2 ou même un chat de dessin animé. 

Bien sûr Jack Slater fera lui aussi le chemin inverse et comprendra que ces règles ne s’appliquent plus dans notre monde réel. Ce qui est intéressant, c’est que le petit Dany va voir les films de son héros dans un cinéma que l’on sent au bord du dépôt de bilan. 

Les dorures du lieu sont recouvertes de tags et on sent que pour Mac Tiernan, le cinéma est le dernier oasis qui résiste face à l’âpreté du monde! Pour Mac Tiernan, si ce cinéma ferme, il ne restera plus que la violence et le cynisme du monde réel. 

Un monde dans lequel les méchants peuvent gagner à la fin.

Un monde qui n’attend finalement qu’une chose : la fermeture des cinémas.