Retour sur l'histoire du groupe, leur style, leurs influences, leurs sujets de prédilection, leurs différents albums, leurs tubes… En quoi IAM a-t-il su innover dans un paysage musical souvent très balisé ? Et on essaiera de distinguer en quoi le rap a évolué durant ces trente dernières années.

Le chanteur et leader du groupe IAM, Akhenaton, se produit sur la scène des Francofolies de la Rochelle, le 15 juillet 2004.
Le chanteur et leader du groupe IAM, Akhenaton, se produit sur la scène des Francofolies de la Rochelle, le 15 juillet 2004. © Radio France / Michel Gagne

Akhenaton, Shurik'n, Imhotep, Kheops, Kephren, Freeman… derrière ces noms qui doivent tout autant aux pharaons égyptiens qu’aux arts martiaux ou à la culture manga, se trouve un des  groupes de rap marseillais les plus influents de l’histoire du hip-hop français : IAM ! IAM pour « Impérial Asiatic Men », « Italiens Algériens Marocains » ou « Indépendantistes Autonomes Marseillais », c’est vous qui voyez...

Avec trente années de carrière et huit albums derrière eux, IAM constitue avec NTM, leur groupe-frère autant que rival, les deux piliers du rap français ! Leur troisième album : L'École du micro d'argent, est l'album de rap français le plus vendu de l'histoire, avec plus de un million six cent mille exemplaires vendus à ce jour.

IAM, de Marseille à New York !

La genèse d'IAM c'est un groupe qui s'est rencontré au fil des années à Marseille. En ce sens, on ne peut pas dissocier IAM de Marseille, toutefois on ne peut pas non plus dissocier IAM de New York. Akhenaton voyageait beaucoup, il faisait plusieurs aller-retours à NY, notamment avec Kheops. Et ces voyages ont totalement changé sa vie et celle du groupe. Il a découvert le hip-hop là-bas et a ramené quantités de disques à Marseille.

De là, Akhenaton et Kheops ont commencé à rapper et à faire des démos. Toutefois, alors qu'il commence à faire du son, Akhenaton envisage de s'installer à New York car on lui propose de travailler comme producteur. Mais au même moment, un contrat en France est proposé au groupe IAM et il choisira cette option. 

IAM dans le paysage du rap des années 1990

À cette époque, le paysage du rap existe mais il est très réduit (par rapport à aujourd'hui). Et au début IAM n'a pas du tout l'image qu'on prête au groupe aujourd'hui. Aujourd'hui, IAM est considéré comme un groupe qui fait du rap très sérieux, alors qu'à l'époque il était plus vu dans un entre-deux car ils faisaient également des sons plus légers (exemples : “Je danse le mia”, “Attentat II” ou “Harley Davidson” dans leur deuxième album Ombre est lumière, de 1993).

IAM était aussi un groupe qui se prêtait plus volontiers à l'exercice de la promo que les autres groupes. Ils étaient moins fermés que les autres groupes de leur génération, comme NTM. Pour exemple, ils sont allés à une émission de Christophe Dechavanne. Ils avaient une image un peu pop, mais le troisième album d'IAM, L'École du micro d'argent, a marqué un véritable tournant pour le groupe. Ce fut un véritable raz-de-marée.

Il y a une anecdote qui est difficilement vérifiable : au début des années 1990, Joey Starr aurait découvert un disque démo d'IAM, il aurait été très impressionné par ce qu'il entendait et, de retour sur Paris, aurait aidé à faire diffuser la démo !

– Yérim Sar

IAM, un style à part...

Le style d'IAM est très complexe : comme dit précédemment, IAM s'est énormément inspiré du rap new-yorkais, en particulier de Rakim. Rien que dans leur premier album, ils utilisaient beaucoup de samples classiques du rap américain, le tout mélangé à d'autres choses.

Il y a également un côté très storyteller dans IAM, très cinématographique. Akhenaton écrit beaucoup par images, des images qui sont appuyées par des extraits sonores : par exemple l'introduction d'extraits de films, de dialogues... dans leurs samples. 

Akhenaton a toujours été dans un souci très visuel et si L'École du micro d'argent a aussi réussi, c'est en partie grâce à son côté visuel.

– Brice Miclet

Le rap aujourd’hui est plus riche, car il est plus nombreux et diversifié. Cette manière de faire du rap engagé, comme IAM et NTM, existe encore aujourd’hui. Elle est simplement noyée dans vingt autres manières de faire du rap.

– Mehdi Maïzi

[+] pour aller plus loin

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.