Cette semaine, DC comics, la maison d’édition de bande dessinée américaine a révélé que le fils de Superman était bisexuel. Cela fait réagir beaucoup de monde, dont Frédérick Sigrist.

Je suis pas content. Niveau colère, je suis à 7 sur l’échelle de Mélenchon ! Il y a une chose que je déteste encore plus que le dédain des médias généralistes pour le monde des BD de super héros : quand ils en parlent !

Toute cette semaine, je n’ai pas cessé de voir passer des articles un peu partout, intitulé : 

Superman est désormais bisexuel !

Il y a quelques années de cela, j’aurais été enchanté de voir la presse s’intéresser au monde merveilleux des comic books…

À l’époque, j’étais naïf… J’étais comme Carrie de Stephen King, toute contente d’être invitée au bal de fin d’année mais quiconque a lu le livre ou vu le film, sait comment ça se termine. Maintenant quand je vois des articles titrés : 

"Un captain America noir !" "Un Spider-Man latino" ! "Wonder Woman lesbienne"…

Je sais que le but n’est pas d’informer les lecteurs sur la richesse de représentation de la bande dessinée américaine… Non, c’est l’œil de Sauron qui se tourne vers nous pour attirer les forces du Mordor ! 

Des hordes de trolls qui n’ont même sûrement jamais lu un comic book de leur vie et qui vont s’écrier : “Comment ?! Superman est gay ?!"

Jusqu’où le camp autoproclamé du bien ira t-il ?

"Les talibans font exploser des statues, voilà que ce font des gauchistes : ils rendent nos héros sodomites !" Je n'ai pas été aussi scandalisé depuis qu’on m’a forcé à mettre un point après un "e" avec l’écriture inclusive ! Et puis quoi maintenant ?! Spider tiret non binaire ?! Est-ce cela que nous voulons pour nos enfants ? 

J'aimerais tellement vous dire que j'exagère.

Mercredi dernier, j’étais à la terrasse d’une brasserie parisienne, demandant au serveur si il m’était possible de payer en trois fois le verre de vin que j’avais eu l’inconscience de commander, quand soudain une conversation me parvint de la table voisine : 

“T’as vu ce qu’ils ont fait à Superman ? Ils vont faire un nouveau film où  Superman il galoche des mecs !” Et son interlocuteur de répondre : “De toutes les façons, depuis le confinement, ils se sentent pousser des ailes, ils mettent des PD partout !”  

Là j’ai hésité : "Est-ce que je leur dis que c’est le fils de Superman, pas Superman… Que c’est en comics, pas en film, ou je leur jette mon verre de vin à la figure…mais vu le prix après je vais être obligé de leur lécher le visage… Donc finalement je me suis tu !"

Selon eux, une société plus ou moins secrète, aurait pour ambition de mettre des homosexuels partout

Je lis des comics depuis 37 ans. Avec l’argent que j’ai dépensé depuis tout petit j’aurais pu racheter Radio France. Je peux vous garantir qu’il y a chez Marvel et DC COMICS, plus de personnages qui sont morts et ressuscités qu’il n’y a de personnages homosexuels ! 

Ce qui est dingue, c’est qu’autour de moi, dans le monde réel je croise bien plus d’homosexuels que d’individus ayant ressuscités ! 

Mais c’est la sexualité d’un personnage qui scandalise ! 

Jonathan Kent, le fils de Superman et Lois Lane ! Un enfant avec des super pouvoirs, fils d’un alien émigré clandestin et d’une humaine, qui a été élevé sur une terre alternative et qui a grandi en quelques jours dans une dimension parallèle… Mais c’est sa bisexualité qui étonne le plus…

Un coming out de personnage imaginaire est aussi compliqué que celui d'une personne réelle

S'il y a bien une personne chez qui tu peux faire ton coming out sans te poser de questions, c’est Superman et Lois Lane ! Parce que je pose la question à ceux que ça défrise : que pensiez-vous Superman allait faire ? Mettre son fils dehors, refuser de lui parler, l’envoyer faire une thérapie de conversion ? Vous pensez vraiment que Superman est le genre à faire ça ? Parce que si c’est le cas, spoiler, ça fait 83 ans que vous ne comprenez rien au personnage que vous lisez !

Superman, il aime son enfant et lui souhaite tout le bonheur du monde. Point.

J’ajoute que le monde des comic-books n’a pas attendu 2021 pour mettre en scène de très belles histoires d’amour entre personne du même sexe, comme ils l’ont si souvent fait pour des couples hétéros ! 

Apollo et Midnighter dans la série Authority, Iceman et Northstar parmi les X-men, Karolina Dean dans Runaways, Harley Quinn et Poison Ivy, et tant d’autres…  

Les X-men tout entier sont une métaphore de l’homosexualité et des persécutions qu’elle peut malheureusement générer !

Si vous lisiez des comics, vous sauriez que la bisexualité de Jon Kent pas une tentative de faire un buzz médiatique mais juste la concrétisation d’une belle histoire d’amour écrite par un scénariste de talent nommé Tom Taylor… Les vrais lecteurs savent que les cris d'orfraies qu’on a entendu cette semaine sont les échos d’un débat dépassé depuis bien longtemps chez les super héros.

Quand à ceux qui ne lisent pas de comics… Franchement, vous n’en n’avez pas marre de vouloir dicter la carte des restaurants où vous ne mangerez jamais.