Dans un petit bureau au sixième étage de la maison de la radio, il y a un petit bonhomme qui s’appelle Didier Varrod. Moi je connaissais sa voix parce que j’écoutais sa chronique matinale autour de la musique, et parce qu’on retrouvait souvent sa voix, ici et là, à des heures obscures du jour ou de la nuit. Je ne savais pas que la musique sur cette chaine, bah c’était lui. Et c’est cool parce que quand il en parle, de musique, il se passe quelque chose. Il la voix qui tremble. Il tressaille. Il pourrait tomber d’enthousiasme. Parce qu’il a toujours une nouveauté, Didier, une découverte ou un énorme coup qui va tout casser.

C’est comme ça qu’il a porté Christine & The Queens, avec sa passion et son émotion. Quand elle vient à la radio elle dit qu’elle est à la maison. Un matin il m’appelle pour me parler d’un groupe de rock quelque part entre Baudelaire et Bashung. Il me dit c’est des mômes, sapés comme des dandys, ils vont tout casser. Ce groupe, c’était Feu Chatterton!, et quand je les ai reçu, ils m’ont chanté du Chet Baker à 9 heures. T’avais raison Didier : ils ont tout cassé.

Je crois que je me souviendrais toujours du jour où tu as accompagné Marianne Faithfull jusque dans le studio. La veille elle avait trop chanté alors elle n’était plus trop sûre de vouloir se lever. Il a fallu toute ta dextérité pour qu’elle finisse par céder et pointer le bout de son nez, ou de sa veste en cuir, plutôt. Merci Didier Varrod.

Augustin Trapenard

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.