Il est une incarnation de la liberté d’expression. Journaliste, écrivain, il recevait il y a cinq ans le Goncourt du Premier Roman pour « Meursault, contre-enquête". Kamel Daoud est l'invité d'Augustin Trapenard.

Kamel Daoud en 2017 à Paris
Kamel Daoud en 2017 à Paris © Getty / Eric Fougere - Corbis

Depuis Meursault, contre-enquête, son premier roman, il est devenu l'une des grandes voix de la liberté d'expression dans le monde. Son regard aiguisé fait de lui un observateur avisé des grandes mutations de notre époque. À l'occasion de cette journée consacrée aux 50 ans de Charlie Hebdo, il vient nous parler de liberté, de démocratie, de regard, de livre, de sacré et de vérité. Kamel Daoud est dans Boomerang

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Kamel Daoud a écrit un texte inédit. 

Extraits de l'émission

"Bien sûr qu’il fallait republier ces caricatures. Dessiner n’est pas un crime, c’est un plaisir, un droit, une joie ; tuer est un crime, il faut être clair là-dessus. Si le feu existe, ce n’est pas la faute de l’huile." 

"La religion n’appartient à personne. C’est quelque chose que l’on peut assumer, refuser, offenser, mais personne ne peut dire qu’il est, lui-même, dieu."

"La colonisation a été un crime, un désastre, mais nous devons revenir au présent, et arrêter d’accuser les autres pour nos malheurs. Je rêve d’un rapport d’égalité : il en va de la guérison, en France et en Algérie."

"Le pessimisme nous appelle à l’oisiveté : puisque tout va mal finir, autant ne rien faire. Mais alors on va s’ennuyer entretemps. Moi, je sais que, dans toute situation, je conserverai ma dignité : quoi qu’il arrive, si je me noie, je serai un noyé digne."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Le réel n’existe plus sur Internet : le plus important n’est plus de dire vrai, mais de dire quelque chose. Les réseaux sociaux introduisent l’impunité de l’anonymat. Nous devons nous battre pour la mesure, la tempérance et la possibilité de l’altérité."

"L’Occident est une sorte de monstre magnifique, de barbarie lumineuse : c’est un endroit qu’on critique, mais c’est aussi l’endroit où l’on peut fuir. Je ne suis pas dupe, ni naïf sur son histoire, mais j’aime la liberté qu’il m’offre : elle est nécessaire."

"Les islamistes trafiquent le langage, comme tous les fascismes avant eux. C’est la raison pour laquelle il faut défendre le sens des mots : si on cède sur la langue, on cède sur le reste..."

Programmation musicale

  • Guy Béart – La Vérité
  • Dani- Dingue
Les invités
L'équipe