Sa bande dessinée « Maus », récit de survie de son père dans les camps de la mort, en a fait l’un des grands noms du 9ème art et lui a valu le Prix Pulitzer. Il vient nous parler, ce matin, de sa vision de l’Amérique. Art Spiegelman est l'invité d'Augustin Trapenard.

Art Spiegelman à New York en 2015
Art Spiegelman à New York en 2015 © Getty / Jim Spellman

Grande figure du 9ème Art, il est aussi un observateur avisé de son temps. À la veille du résultat des élections présidentielles, il revient sur sa vision de l'Amérique et son combat pour la liberté d'expression, ainsi que sur son parcours, et son lien avec Pablo Picasso. Art Spiegelman est dans Boomerang

La traduction simultanée est assurée par Harold Manning. 

Découvrez l'exposition du Musée Picasso consacrée aux liens entre Picasso et la BD en cliquant ici. 

Extraits des déclaration d'Art Spiegelman au cours de l'émission  : 

"Les États-Unis sont devenus un pays surréaliste. En ce moment, résister consiste à ne pas tomber complètement dans la folie... Il ne s’agit pas tant d’avoir une action efficace que de ne pas perdre la boule."

"La passation ne se fera pas en douceur : il y aura du sang dans les rues. Et même si on réussit à se débarrasser du monstre, il en reste d’autres, des monstres, prêts à bondir. Si Trump est élu, je demande le statut de réfugié politique en Europe…"

"J’ai refusé de dessiner Trump pendant les 4 dernières années, car cela n'aurait fait que satisfaire son narcissisme..."

"La liberté d’expression est sans cesse menacée, y compris chez une gauche qui est aujourd'hui devenue obsédée par le contrôle du langage, créant une novlangue orwellienne, un refoulement sur l’âme de ceux qui prononcent un discours critique..."

"Le succès de Maus continue de me peser : mes souris n’ont jamais été destinées à la célébrité… Le succès de l’album est devenu comme un fardeau : je me suis juré de ne jamais devenir l’Elie Wiesel de la BD."

"Je vois le covid comme la poudre qui révèle les empreintes digitales dans les films policiers : elle nous montre les disparités entre les gens, et la misère qui règne et qui passe sous la loupe ces derniers mois."

"Les juifs sont étiquetés comme blancs privilégiés à titre honoraire aux Etats-Unis, mais il est clair que cette peinture blanche ne passera pas la première averse…" 

"Je n’aime pas dessiner, je trouve ça si ardu et douloureux que j’attends d’être contraint pour me lancer… Je crois que seule la catastrophe est ma muse !" 

"Picasso m’a permis de voir autrement le fossé entre la culture haute et la culture basse. Moi, j’étais un plouc snob ! Et puis quand j’ai regardé Picasso comme un créateur de BD géantes, tout a changé..."

Programmation musicale

  • BILL WITHERS – Lean on me
  • JUNIORE - Drôle d'histoire
Les invités
Programmation musicale
  • Juniore, Samy Osta, Swanny Elzingre, Anna JeanDrole d'histoire2020
L'équipe