La seule ombre est celle des "Arabes",objets flous, incongrus, venus "d'autrefois", comme des fantômes avec, pour toute langue, un son de flûte. Je me dis qu'il devait en avoir marre de tourner en rond dans un pays qui ne voulait de lui ni mort ni vivant. Le meurtre qu'il a commis semble celui d'un amant déçu par une terre qu'il ne peut posséder.

  1. À la veille de l'attribution du prestigieux Prix Goncourt, Augustin Trapenard reçoit Kamel Daoud, toujours en lisse pour l'épique course aux prix littéraires avec son Meursault, contre enquête , paru le 7 Mai dernier aux éditions Actes Sud. Dire l'histoire autrement, raconter le chef d'oeuvre d'Albert Camus non plus du point de vue du colon, mais de celui de l'Arabe, c'est le défi que relève l'auteur Algérien dans ce roman au verbe si singulier. Dans Meursault, contre-enquête, il offre nom et sépulture à "l'arabe inconnu" de L'Etranger, et exhume les démons de notre histoire coloniale.
  2. Kamel Daoud vous conseille la lecture des Mémoires d'Hadrien et de L'oeuvre au Noir , de Marguerite Yourcenar.
Kamel Daoud
Kamel Daoud © Radio France
Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.