Il a immortalisé les plus grandes idoles des années soixante – de Johnny Hallyday au Beatles en passant par Françoise Hardy, Les Rolling Stones, Claude François ou encore Sylvie Vartan évidemment ! On parle d'hier, d'aujourd'hui et de demain, avec Jean-Marie Périer, invité d'Augustin Trapenard.

Jean-Marie Périer aux archives Départementales, retraçant sa carrière emblématique de photographe des années Yéyé, à Marseille en 2017
Jean-Marie Périer aux archives Départementales, retraçant sa carrière emblématique de photographe des années Yéyé, à Marseille en 2017 © Maxppp / VALérie Vrel

Témoin d'une génération de stars qui a fait rêver les années soixante, son regard sur le monde est celui d'un homme passionné et blessé, qui n'a jamais cessé de se réinventer et qui a à jamais marqué notre imaginaire collectif. 

On parle d'idoles, de jazz, de Françoise Hardy, de vitesse, d'enfance et de photographie avec Jean-Marie Périer, invité de Boomerang

Il y a très peu de temps que les photos ont de la valeur. (...) Je n'ai pas de mémoire, les photos peuvent aider.  À 79 ans, si l'on  s'arrête, on est cuit. Ce qu'il faut, c'est ne jamais s'arrêter, se  mettre des défis...

Quand j'ai découvert mon géniteur, musicien, j'ai fermé mon piano  pour toujours. Rien n'a d'importance, de toute façon c'est raté. J'ai eu la chance extraordinaire de rater cette vie, cela m'a fait une vie formidable

Le concept d'idole, je n'y crois pas. (...) Dans les 60's, c'était du spectacle, surtout pas la vérité. (...) Vous parliez d'Instagram, je m'en sers chaque matin

Programmation musicale

Ray Charles -  Georgia on my mind

Romeo Elvis - Malade

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.