Depuis le début des années 90, avec son album "Palestine", d’aucuns le considèrent comme le père de ce qu’on appelle la BD reportage. "Payer la terre", c’est le nom de son nouvel album, qui réunit une série de planches publiées dans la revue XXI. Passionnant et d'actualité. Joe Sacco est l'invité d'Augustin Trapenard.

Joe Sacco en 2014 au Memorial of Beaumont-Hamel,
Joe Sacco en 2014 au Memorial of Beaumont-Hamel, © Getty / PHILIPPE HUGUEN

Il se destinait à une carrière de simple journaliste, et il est devenu l'un des pères d'un nouveau genre de bandes-dessinées, valorisant autant l'exactitude du trait que celle de l'information. 

Dans "Payer la terre", il retrace l’histoire d’un peuple autochtone, vivant au Nord-Ouest du Canada, et invite à s'interroger sur la mémoire, le progrès et l'avenir.  Un album indispensable, plus que jamais d'actualité. 

On parle d'informations, de médias, de voix et de grandeur avec Joe Sacco, invité de Boomerang.

La traduction simultanée est assurée par Harold Manning.

Extraits de l'émission

"Après avoir étudié le journalisme, j’ai été déçu par ce que je ne trouvais pas dans les journaux. Voilà pourquoi j’ai voulu enquêter par moi-même, par la BD." 

"J’ai toujours été inspiré par les gens que l’on n’entendait pas assez. Je ne leur donne pas une voix, ils l’ont déjà. Je leur prête l’oreille." 

"Les Dénés ont une façon magnifique de comprendre la Terre, car leur rapport à la Terre est spirituel. En Occident, on ne paye pas la Terre, on la prend, tout simplement." 

"Ecrire et dessiner, c’est une façon d’aller vers les autres. Surtout dessiner, car dessiner quelqu’un, c’est créer un lien très intime entre vous et lui." 

"J’ai voyagé toute ma vie. Je suis un de ces étrangers qui aiment bien être étrangers." 

"Nous vivons déjà dans un monde de grande injustice, et les migrants climatiques vont devenir un nouvel enjeu crucial. Donc je pose la question : de quelle cruauté allons-nous encore être capables ?".

"Tous les gens que j’ai rencontrés ont une belle histoire à raconter. Mais ceux que les journaux interviewent tout le temps sont moins intéressants : ce sont ceux qui n’osent pas parler qui m’intéressent". 

"Le dessin est une langue dans laquelle on ne réfléchit pas, un peu comme le jazz. Je ne comprends pas pourquoi on donnerait des cours de BD : moi, quand je dessine, je ne veux pas savoir ce que je fais."

📖  LIRE | Joe Sacco : "Sur l’environnement, nous avons beaucoup à apprendre des peuples autochtones"

Comment j'ai dessiné Payer la terre, la leçon de dessin de Joe Sacco

►►► Plus de Leçons de dessin "Comment j'ai dessiné...

Programmation musicale

  • THE ROLLING STONES – Paint it black
  • JEAN-LOUIS MURAT - Si je m'attendais

Aller loin

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.