Depuis une dizaine d’années, elle promène son intensité et sa fantaisie dans le jeune cinéma français, chez Justine Triet, ou encore Léonor Séraille. Dans "Passion simple", variation sur le livre d’Annie Ernaux, elle crève l’écran et sur tous les plans. Lætitia Dosch est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Lætitia Dosch à la Cérémonie d'ouverture de la 12e édition du festival Lumière a Lyon, France, le 10 octobre 2020
Lætitia Dosch à la Cérémonie d'ouverture de la 12e édition du festival Lumière a Lyon, France, le 10 octobre 2020 © AFP / Nicolas Liponne / Hans Lucas

Elle est l'un des nouveaux visages du cinéma français. Passion Simple, réalisé par Danielle Arbid, est l'histoire d'un désir qui s'emballe et vire à l'obsession. Une réflexion puissante et sensuelle, sur le féminin, le corps et les conventions, bientôt en salles. 

Laetitia Dosch est l'invitée d'Augustin Trapenard dans _Boomerang_. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits de l'entretien

Laetitia Dosch : "J'ai envie qu'on me raconte des histoires, j'ai envie d'être dans des histoires, des histoires qui n'ont pas encore existé, c'est pour ça que je fais ce métier" 

"Une passion dévoreuse, qui prend toute la place, qui fait tout oublier... Ce sont des choses dont j'ai honte de parler, donc ça me fait un bien fou d'en parler à travers des personnages" 

"Suivre son chemin, sans faire trop attention au regard des autres, je crois que c'est ça pour moi le féminisme. Mais j'aime qu'il n'y ait pas vraiment de définition, et que les femmes ne soient pas d'accord entre elles"

"Il faut proposer d'autres représentations, surtout pas une seule, des milliers. Il faut qu'on sente la multiplicité d'une femme à l'écran. On nous découpe constamment."

"Dans un silence, j'entends souvent de la tristesse. J'imagine qu'ils pensent à autre choses, aux choses qui leur ont manqué."

"Être vivante, c'est s'adapter. Et rester connectée à ce qui nous entoure, le plus qu'on peut."

Programmation musicale

  • Linda Vogel – I want you
  • La Femme – Cool Colorado

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Lætitia Dosch a choisi de lire un extrait de Manières d'être vivant de Baptiste Morizot, sur une musique composée par Maxence Vandevelde et Guillaume Bachelé. 

Les invités
Programmation musicale
  • LA FEMMECool Colorado (Radio Edit)2020
L'équipe