En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid-19, Boomerang vous propose de redécouvrir certains de ses plus grands entretiens. Aujourd'hui, pour cette journée placée sous le signe de la "culture en état d'urgence", le comédien Vincent Lindon, reçu par Augustin Trapenard en février 2018.

Le comédien Vincent Lindon au Festival Lumière à Lyon en octobre 2019
Le comédien Vincent Lindon au Festival Lumière à Lyon en octobre 2019 © Getty / Stephane Cardinale - Corbis

Récompensé par une palme et un césar pour son rôle dans "La loi du marché", il est l'un de nos acteurs les plus charismatiques. En février 2018, Augustin Trapenard le recevait pour la sortie du nouveau film de Xavier Giannoli, "L"apparition". En début d'émission, il avait choisi de lire un extrait du discours d'Albert Camus lors de la remise de son prix Nobel en 1957. Un texte sur le rôle et la place de l'artiste qui résonne plus que jamais avec aujourd'hui. Vincent Lindon était dans Boomerang. 

Le mot d'Augustin

Je me souviens surtout du temps. Du temps qu’on avait choisi de prendre, avec lui, au sein de chaque partie, dans une émission matinale qui impose par tradition de la séquence, du rythme, une certaine effervescence. Le temps de lire, à blanc et en intégralité, par exemple, le discours qu’Albert Camus prononça lors de la remise de son Prix Nobel en 1957. Je me souviens que dans le studio comme dans la régie, on avait tous fermé les yeux non pour entendre mais pour écouter ce texte sur la création, l’art et l’histoire. Pas d’habillage, pas de coupe, pas de commentaire : rien que sa voix intense qui résonnait partout, depuis le micro du studio jusque dans les couloirs de la radio, dans les cuisines, les voitures, les salons et les salles de bain de tout un chacun. Je me souviens de m’être demandé si ce n’était pas là la plus belle façon de porter et de partager le fait culturel. Par la lecture à voix haute de hautes paroles. Ce que disait le texte de Camus, c’était tout simplement que la culture pouvait empêcher qu’un monde se défasse. Et par la force, la permanence et l’incandescence de ce texte lu en direct à 09h10 sur une chaîne du service public, tout cela résonnait comme jamais.

Programmation musicale

  • Maria Callas, Casta Diva
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.