Caméra d’or et prix d’interprétation pour son acteur Victor Polster à Cannes, "Girl", son premier long métrage, a été choisi pour représenter la Belgique lors des prochains Oscar. Il nous raconte, avec grâce et pudeur, le parcours d'une apprentie danseuse née garçon. Lukas Dhont est l'invité d'Augustin Trapenard.

Le réalisateur belge Lukas Dhont, avec la Caméra d'Or qu'il a remporté pour son film "Girl" lors du Festival de Cannes 2018.
Le réalisateur belge Lukas Dhont, avec la Caméra d'Or qu'il a remporté pour son film "Girl" lors du Festival de Cannes 2018. © AFP / Anne-Christine Poujoulat

À Cannes, il a fait sensation avec Girl son premier long métrage, en salles le 10 octobre. L'histoire d'une jeune adolescente, née garçon, et qui tente, par le truchement de la danse, de repousser toujours plus loin les limites de son propre corps. De la danse, donc, du genre, du rêve, du cinéma et de la Belgique avec Lukas Dhont, invité d'Augustin Trapenard.

Girl est un film France Inter.

Les confessions de Lukas Dhont au micro de France Inter

J'avais une responsabilité. Il n'y a pas beaucoup de représentations de la question de la transidentité. Mais l'acteur qui incarne Lara, Victor Polster, avait suffisamment d'élégance et de maturité pour assumer ce rôle.

L'adolescence, c'est l'impatience. Le personnage de Lara veut aller trop vite au risque de se brûler les ailes. Comme Icare.

J'expose l'horreur et la réalité du corps.

Mes personnages défient les normes. Avec eux, je combats la violence que subissent en permanence les personnes LGBT.

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Lukas Dhont a choisi une scène du film Elephant de Gus Van Sant. 

Programmation musicale

  • Antony & The Johnsons – "Candy Says"
  • Alain Bashung – "Immortels"
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.