Goncourt 2012 pour "Le sermon sur la chute de Rome", il vient de rafler le prix littéraire du Monde pour "À son image". Il y brosse le portrait bouleversant d'une jeune photographe corse ainsi que celui, sans concession, de son île. De l'art et de la philosophie, avec Jérôme Ferrari, invité d'Augustin Trapenard.

L'écrivain Jérôme Ferrari fait paraître en cette rentrée littéraire "A son image"
L'écrivain Jérôme Ferrari fait paraître en cette rentrée littéraire "A son image" © Getty / Jeremy Sutton-Hibbert

Depuis toujours, les romans de Jérôme Ferrari témoignent d'une obsession pour l'image, son sens, sa fonction et ses limites. À travers le portrait d'une photographe, il interroge la puissance et les écueils de toutes croyances, qu'elles aient pour objet Dieu, une nation, un homme ou bien l'art. On parle foi, obscénité mais aussi éducation nationale avec Jérôme Ferrari.  

Jérôme Ferrari sur l'image et la photographie

L'illusion avec les images c'est que l'on croit porter sur elles un regard innocent. On pense que l'on peut regarder sans interpréter. 

Il y a des questions éthiques inhérentes à toutes formes de représentation. Évoquer de manière euphémisante peut être obscène par exemple.

Jérôme Ferrari et l'art du roman

Un grand roman n'ajoute rien au monde, il change la manière de le voir.

Jérôme Ferrari sur la politique

Dans toute forme de militantisme, le risque est de se dissoudre dans un groupe et d'y perdre sa propre capacité de jugement.

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Jérôme Ferrari a écrit un texte inédit.

Programmation musicale

Nirvana – The man who sold the world

Charlotte Gainsbourg – Kate

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.