En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid 19, "Boomerang" vous propose de redécouvrir certains de ses plus beaux entretiens. Aujourd'hui, la chanteuse, auteure, compositrice et pianiste Jeanne Cherhal, reçue par Augustin Trapenard en octobre dernier.

Jeanne Cherhal en mars 2018 à Paris
Jeanne Cherhal en mars 2018 à Paris © Getty / Eric Fougere/Corbis

L'année dernière paraissait son sixième album, L'An 40. L'occasion, pour Augustin Trapenard, de la recevoir pour une émission consacré au piano. Elle y chantait, Michel Jonasz, Daniel Darc, ainsi qu'un titre de son dernier disque. On parlait d'écriture, de gammes, de corps et du cap de la quarantaine. Jeanne Cherhal était dans Boomerang. 

Le mot d'Augustin 

Je me souviens de la préparation de l’émission, parce que je l’avais déjà reçue deux ans auparavant et ne voulais surtout pas qu’on se répète. Elle l’avait pris comme un défi. Elle m’envoyait par téléphone des versions étonnantes de classiques qu’elle aimait, en s’excusant toujours du son, de ses hésitations, du morceau qui avançait à tâtons. Elle voulait que je choisisse parmi quatre ou cinq chansons - et j’en étais bien incapable si bien que je lui disais qu’on les jouerait toutes. Je me souviens m’être demandé, la veille, comment tout faire tenir en une seule émission. Elle était arrivée tôt, dans le studio où l’on venait de finir d’accorder le piano - et avait répété avec précision chacun de ses morceaux. Je me souviens que quand l’émission avait commencé, j’avais peur qu’on la trouve trop travaillée, mais que dès sa première réponse, j’avais compris qu’on allait tout improviser. De toutes les musicales qu’on a pu enregistrer, c’est sans doute l’une des plus accomplies. Quand elle était partie, je lui avais écrit pour lui redire merci.

Programmation musicale

Jeanne Cherhal - Le feu aux joues (live)

Jeanne Cherhal reprend "Super Nana" de Michel Jonasz

Jeanne Cherhal reprend "Vers l'infini" de Daniel Darc

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.