En une quinzaine d’années, il a su s’imposer, à coups de punchlines bien senties, comme une figure tutélaire du rap français. Il y a deux semaines, sa chanson « Ecris mon nom en bleu » accompagnant l’annonce des 26 joueurs sélectionnés pour l’Euro 2021, a déclenché une polémique. Youssoupha est dans Boomerang.

Le rappeur Youssoupha à l'Hippodrome de Longchamp de Paris, Festival Solidays 2019
Le rappeur Youssoupha à l'Hippodrome de Longchamp de Paris, Festival Solidays 2019 © Maxppp / DENIS TRASFI

C'est un grand nom du rap français. Dans ses textes, il nous parle de pluralité, mais aussi de ce qui divise notre société. Son sixième album, Neptune Terminus, est sorti au printemps. On parle de notre époque, de responsabilité, mais aussi d'écriture, de mots, d'héritage et d'Afrique, avec Youssoupha, invité d'Augustin Trapenard. 

Carte blanche 

Pour sa carte blanche, Youssoupha a préparé un free style.

Extraits de l'émission

"Dans la polémique #Ecrismonnomenbleu, je vois bien qu'il y a un ressort politique qui utilise ma personne. Je suis un rappeur et militant, en 6 albums j'ai écrit des choses fortes, mais elles s'inscrivent toujours dans un contexte particulier".

"Je ne suis pas certain que la polémique #Ecrismonnomenbleu aurait pris autant d'ampleur si on ne me réduisait pas à un rappeur noir et banlieusard... Cette polémique va bien au-delà de cette chanson que j'ai écrite". 

"J'ai découvert la pluralité et la diversité en France, quand je suis arrivé à 10 ans. Ca m'a grandi, la découverte de l'autre m'a enrichi. Mais la France accepte mal cette pluralité qui fait partie d'elle...".

"Penser que la culture française est menacée par la #diversité, c'est négliger sa force ! Penser qu'on va oublier Ronsard parce que la France est plurielle, c'est minimiser la culture française".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Quand j'ai commencé à écrire ado, c'était comme de la sculpture : j'adorais mâcher, détourner les mots. Aujourd'hui, j'ai toujours cette obsession pour la décharge émotionnelle que peut provoquer un texte".

"Dans le récit de ma vie, le rap arrive tard. Au #Congo, j'ai grandi avec la rumba, la soukous... Dans ces musiques, il y a l'obsession de la danse, tout en chantant la mélancolie de la vie. Dans ma propre musique, je tiens à garder cette fantaisie".

"Je pense que les artistes sont là pour inspirer les gens, pas pour changer le monde. Il faut commencer par se changer soi-même, et peut-être que le public sera inspiré par ce travail et ces changements personnels".

"Je fais de la musique pour casser les entendements habituels. Par exemple dans le clip Astronaute, je mets en scène un astronaute au milieu d'un marché d'Afrique noire. C'est une image qu'on n'a pas dans la culture populaire!"

Programmation musicale

YOUSSOUPHA - Astronautes 

L'équipe
Thèmes associés