En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid 19, "Boomerang" vous propose de redécouvrir certains de ses plus beaux entretiens. Aujourd'hui, le philosophe et écrivain Tristan Garcia, que recevait Augustin Trapenard, à l'occasion de la rentrée littéraire 2019.

Tristan Garcia
Tristan Garcia © Getty

Son précédent livre, "7", lui avait valu le Prix du Livre Inter en 2016. Son dernier roman, "Âmes", premier tome d'une "Histoire de la souffrance", était la sensation de la rentrée d'hiver 2019. Il nous racontait l’histoire passionnante de l'humanité, à travers les errances de quatre âmes : de corps en corps, d’époque en époque, de continent en continent, elles se cherchent, se perdent et s’oublient. Tristan Garcia était dans Boomerang

Le mot d'Augustin 

Je me souviens de sa voix, intense, énergique, presque adolescente dans ses vibrations et dans ses aigus - sa voix qui avait l’élégance de l’intensité, c’est à dire qu’elle faisait l’effort de donner le meilleur de lui-même. Le meilleur de sa réflexion, de sa remise en question, de son imagination. Il parlait de souffrance et de domination, puisque son livre en proposait une généalogie, mais je me souviens que toute la conversation portait en réalité sur l’aventure de l’écriture. La possibilité, par la grâce de sa voix d’écrivain, de se réincarner, de se multiplier, de s’augmenter. Et si son discours comme son travail faisaient preuve d’une ambition inédite, c’est qu’il cherchait avec ses textes à trouver une réponse aux plus grands mystères du monde. Tout en sachant que ce ne serait qu’une tentative. Je me souviens, à la fin de l’émission, quand il nous avait fait entendre une brève histoire de la voix, de m’être dit qu’il était rare qu’un invité m’impressionne autant. Par sa voix, justement. 

Programmation musicale

Johnny Cash - Hurt

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.