Il est celui par qui le scandale arrive ! Depuis une trentaine d’année, il explore la violence, le sacré mais aussi la puissance des images. C’est à l’Opéra Garnier qu’on le retrouvera pour "Il primo omicidio" de Scarlatti, inspiré du mythe biblique d’Abel et Caïn. Roméo Castellucci est l'invité d'Augustin Trapenard.

Le metteur en scène, homme de théâtre, plasticien et scénographe Romeo Castellucci le 19 janvier 2017 à l'Opéra national de Lyon
Le metteur en scène, homme de théâtre, plasticien et scénographe Romeo Castellucci le 19 janvier 2017 à l'Opéra national de Lyon © AFP / ROMAIN LAFABREGUE

Dans "Il primo omicdio", oratorio d' Alessandro Scarlatti, il explore le mythe biblique et fondateur d'Abel et Caïn et interroge notre humanité. À une dizaine de jours de la première de ce nouveau spectacle, Romeo Castellucci nous parle d'images, d'enfance, d'animalité et de blasphème !

"Il primo omicidio" sera joué à l'Opéra Garnier du 22 janvier au 23 février

Extraits de l'entretien

Aujourd'hui certains sujets sont devenus intouchables, pour des raisons purement idéologiques.

L'art est la seule manière d'approcher le divin

Après le meurtre d'Abel par Caïn, vivre devient une condamnation.

Le théâtre est comme une chasse : il faut connaitre son territoire, sa proie, son corps.

La beauté est un autre lieu et un autre temps. C'est un dard qui entre de votre peau. C'est un instant qui produit une rupture avec la réalité et qui vous rend plus vivant que jamais.

Programmation musicale

Nina SIMONE – Sinnerman

Etienne DAHO – L’étincelle

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.