Avocat, intellectuel, écrivain, ancien Garde des Sceaux et Sénateur, il est l’une des grandes figures de notre Vème République, ainsi qu’un observateur avisé de notre temps. Il nous a accordé un entretien exceptionnel. Robert Badinter est l'invité d'Augustin Trapenard.

Robert Badinter en juillet 2019 à Paris
Robert Badinter en juillet 2019 à Paris © Getty / Eric Fougere/Corbis

Il est l'un des grands noms de la cinquième République, incarnation du droit et de la justice. Il a souhaité revenir, avec nous, sur l'actualité de ces derniers mois. Il nous parle d'une époque d'incertitude, des fragilités de nos sociétés, de Victor Hugo, d'Albert Camus, mais aussi de l'évolution de notre rapport à la mort. Robert Badinter est dans Boomerang

Extraits de l'émission : 

"Ce qui me parait être le changement essentiel de l'épidémie, c’est la réapparition de la mort dans la vie quotidienne."

"Une société plus juste ne peut passer que par une dignité rendue à l’ensemble de l’Humanité, et ce sans exception

"La mort est la fin de la vie terrestre telle que nous la connaissons, ça n’est que cela. Mais c’est une donnée constante, que notre société refoule. Il faut mesurer ce lot commun : nous sommes tous voués à mourir."

"Le droit à la vie, c’est-à-dire le respect de la vie d’autrui, est le premier des droits et la première des obligations. L’abolition de la peine de mort est en fait la proclamation du droit à la vie."

"Il y a chez Victor Hugo une constante générosité. On voit à quel point la question sociale, la misère, toutes ces questions qui se posent encore aujourd’hui, le hantent. C’est un très grand combattant de l’Humanité, et le plus grand abolitionniste."

"Il y a chez les Hommes plus de choses à admirer qu’à mépriser."

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Robert Badinter a choisi de lire la dernière page de La peste d'Albert Camus.

Programmation musicale

  • Nick Cave – Let it be
  • Alain Souchon - Un terrain en pente
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.