Depuis "La vie est un long fleuve tranquille", il a enchainé les films à la vitesse de l'éclair, et est devenu un acteur de premier plan, distingué, notamment par une Palme d'interprétation pour son rôle dans "La pianiste". Benoit Magimel est l'invité d'Augustin Trapenard.

Benoit Magimel en décembre 2019 à la sortie du film Lola vers la mer
Benoit Magimel en décembre 2019 à la sortie du film Lola vers la mer © Getty / Dominique Charriau

Il est l'un des acteurs les plus importants de sa génération. Depuis "La vie est un long fleuve tranquille", il a tourné dans plus d'une cinquantaine de films, et n'en demeure pas moins d'une grande discrétion. 

Dans "Lola vers la mer" de Laurent Micheli, il joue le rôle d'un père endeuillé par la mort de son épouse et en conflit avec sa fille transgenre. 

On parle de de jeux, de pardon, d'enjeux de cinéma, d'âge d'or, de Marcel Carné, avec Benoit Magimel, invité de Boomerang. 

Extraits de l'émission

"Etre père c’est être responsable. (...) C’est sûrement le métier le plus difficile au monde".

"Quand je repense au jeune acteur que j’ai été, je vois un garçon qui gonflait le torse pour paraître plus costaud, moins fluet. J’avais l’impression qu’il fallait que je durcisse un peu les traits pour en imposer un peu".

"J’ai longtemps été un acteur complexé.  Lorsque j’ai joué Alfred de Musset, moi, qui me voyais comme un prolo, je me suis dit que j’étais un imposteur.  J’ai appris tout ce que je pouvais sur le personnage, puis finalement j’ai tout envoyé balader".

"Le cinéma ne va pas changer le monde mais il peut éveiller les consciences(...) Lola vers la mer, un film sur la transidentité, est un film nécessaire".

"Avec le temps, mon jeu d’acteur a changé. L’expérience m’a permis de me débarrasser du superflu, d’aller à l’essentiel". 

"J'ai longtemps voulu être un clown (...) Mais finalement, je crois que le sens du drame a toujours été en moi".

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Benoit Magimel a choisi de lire un texte inédit. 

Programmation musicale

  • Anthony & The Johnsons – Bird Gehrl
  • Arno – Tjip, tjip c’est fin
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.