Il a joué plus de cent-cinquante rôles au théâtre et au cinéma, mis en scène une cinquantaine de spectacles, réalisé une quinzaine de films."Point de chute", c’est le nom d’un film avec Johnny Hallyday, sorti il y a 48 ans et qui fait son retour sur grand écran. Robert Hossein est l'invité d'Augustin Trapenard

Robert Hossein à Cannes en 2018
Robert Hossein à Cannes en 2018 © AFP / Valery HACHE

Sa carrière colossale est celle d'un engagement pour une vision de la culture démocratique et populaire, mais aussi d'un dévouement sans limite à sa passion pour les acteurs et le public. On parle de mise en scène, de jeu d'acteur, d'Alain Decaux et de Johnny Hallyday,qu'il mettait en scène dans "Point de chute", de retour en salles aujourd'hui et disponible en DVD.

Augustin Trapenard : Qu'est ce que c'est un acteur pour vous? Et là, c'est autant au comédien metteur en scène que je m'adresse un acteur.

Robert Hossein : "En principe, c'est quelqu'un qui devrait avoir un peu de talent, mais j'en connais beaucoup et j'en admire beaucoup. Je remercie le ciel de m'avoir donné la faculté de m'inspirer de ce que font les autres. Et c'est comme cela, en regardant les autres, ce que faisaient les autres, que j'ai pu apprendre à tenter quelque chose. "

Alors précisément, comment est ce que vous savez quand vous voyez quelqu'un jouer pour la première fois, que c'est un comédien, qu'il est fait pour ça? 

"En une seconde? Oui, parce que on n'est jamais débarrassé de son enfance. Jamais. Ça veut dire que dans son enfance, c'est là où on pose nos regards, nos yeux. Que ce soit sur l'architecture, que ce soit avec les oreilles, la musique, que ce soit avec le cœur, regarder les autres." 

Johnny Hallyday était inspiré. Il était fait pour ça. Pour être comédien ?

"Il est venu me voir et m'a demandé alors qu'il était déjà le chanteur que l'on connaît. Il avait 25 ans et je cherchais. Vous allez me prendre pour furieux, un James Dean et alors il vient me parler. 'Je n'ai pas fait ce métier, je voudrais le faire. Est ce que vous pouviez m'aider, me conseiller' et me suis tiens quelqu'un a du lui parler du scénario que j'ai écrit ou il y avait un jeune délinquant. Je le regardais et c'était un garçon qui me parlait de lui avec une grande modestie, mais en même temps une immense générosité et quelqu'un de très douloureux. En même temps, généreux et plein d'espérances, de rêves. Je me suis un peu attaché à lui et il m'a donné l'impression d'un adolescent. "

Vous êtes né dans une famille d'artistes à la fin des années 20. Votre mère était comédienne. Votre père, compositeur. À quoi ressemblait le quotidien de la famille Hossein quand vous étiez petit? 

"Il était improvisé souvent. Une vie bohème, puisque, on peut le dire, rue de Vaurigeard, près du Boul'mich, on est allait pisser au second étage, on habitait dans un grenier et on prenait l'eau sur le palier. "

"On a la nostalgie. Non seulement pas de soi, mais des autres. En effet, j'évoque souvent des visages que j'ai rencontrés, des gens qui m'ont aidé dans mon prochain spectacle, Si Dieu veux, je réunirai toutes les bonnes volontés, toutes les espérances, toutes les croyances, toutes les fois toutes les nationalités. Je pense que on est là pour échanger et c'est urgent. "

Le journal de la culture

Programmation musicale

Johnny Hallyday, Poème sur la 7ème / Gorillaz/George Benson, Humility 

Les invités
  • Robert HosseinActeur, metteur en scène, réalisateur, scénariste et dialoguiste français
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.