En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid-19, Boomerang vous propose de redécouvrir certains de ses plus grands entretiens. Aujourd'hui, dans le cadre d'une quinzaine consacrée au cinéma, Pedro Almodovar avec qui Augustin Trapenard ouvrait la 69ème édition du Festival de Cannes, en 2016.

Pedro Almodovar en janvier 2020 à Malaga lors de la réception du "Goya" pour son film "Douleur et gloire"
Pedro Almodovar en janvier 2020 à Malaga lors de la réception du "Goya" pour son film "Douleur et gloire" © Getty / Carlos R. Alvarez/WireImage

Il est le cinéaste du désir, des passions, du secret et des femmes. Il est amoureux du cinéma. En 2016, il était en compétition officielle avec Julieta, un film dans lequel il renoue avec la tradition de l'héroïne almodovarienne tragique. Pedro Almodovar était dans Boomerang. 

Le mot d'Augustin 

Je me souviens du secret qu’il ne m’avait pas confié. Tout l’entretien, depuis ses premiers souvenirs de cinéma jusqu’à ses obsessions, ses fétichismes et ses couleurs, devait mener à cela. À son  secret. Pour nous, tous ses films avaient quelque chose à voir avec le dissimulé ou l’inavoué, si bien qu’il promettait d’être difficile à interviewver. Il était arrivé en retard, une petite foule autour de lui, et s’était assis face à moi, au beau milieu de la grande salle de réception d’un hôtel parisien. Affable et délicieux, il avant cet art de tourner autour du pot, de laisser planer un mystère, de répondre aux questions évidentes et d’éviter les autres... Je me souviens qu’il était passionnant sur l’écriture et la façon dont il fallait s’approprier une histoire. En lui donnant justement la dose de secret nécessaire. Il s’enflammait, redoublait de passion et de pédagogie avec cet intarissable débit qui m’évoquait autant de pulsions de vie - mais bottait invariablement en touche quand il s’agissait de parler de lui. En réécoutant l’émission, étrangement, entre mille détours, digressions et coquetteries, j’ai l’impression qu’il en a pourtant pas mal dit.

Programmation musicale

LUZ CASAL - Un año de amor

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.