L'Académie du cinéma européen remettra à Agnès Varda un trophée hommage récompensant l'ensemble de sa carrière. Agnès Varda est aujourd'hui l'invitée d'Augustin Trapenard.

Agnès Varda
Agnès Varda © Radio France / Grégoire Louis

Cinéaste, on le savait déjà. Plasticienne, aussi, depuis 2003 et la fameuse installation Patatutopia à La Biennale de Venise. 

Mais photographe ? Et bien oui, photographe. C'est son gagne-pain, au TNP auprès de Jean Vilar dès 1951, puis à Cuba au début des années 1960. Mais prendre des photos c'est déjà pour elle une façon de réinventer le réel, comme en atteste cette série de 18 photographies, prises entre 1950 et 1954, présentées pour la première fois entre le 1er et le 19 Juin 1954 dans la cour du mythique du numéro 86 de la rue Daguerre, à Paris. La Galerie Nathalie Obadia présente sur son stand de Paris Photo au Grand Palais ces dix-huit photographies dans leur installation d'origine. Exposition flashback, "copie-conforme" de sa première exposition comme elle s'amuse à le rappeler, il ne s'agit pas simplement du témoignage d'une époque, mais bien plus d'une percée dans la genèse d'une oeuvre prosaïque, poétique et protéiforme. 

L'histoire des femmes avance à très petits pas. Cela a un peu changé, mais la conscience de cette histoire est un peu absente. 

"J'ai toujours été heureuse d'être une femme. Je n'avais pas envie d'être mon frère."

L'Académie du cinéma européen remettra à Agnès Varda un trophée-hommage récompensant l'ensemble de sa carrière. La 27e cérémonie des Prix du cinéma européen se tiendra le 13 décembre à Riga, en Lettonie.

"Les femmes ne craignent pas d'exister comme personne au milieu du rôle qu'elles ont dans la société ou dans la création."

Suivez la prescription d'Agnès Varda : "Il était une fois Peau d'âne" de Rosalie Varda-Demy et Emmanuel Pierrat (Editions de la Martinière)

Vieillir, c'est plutôt amusant tant que ça va !

"Je suis libre car j'étais dans une situation où je pouvais l'être. [...] J'ai commencé à travailler très tôt avec beaucoup d'enthousiasme. Je vois dans mes photographies le goût des choses : un robinet qui avait une drôle de forme, une chèvre morte sur une plage."

Je n'avais rien appris, je ne savais rien, mais je me suis jeté dedans comme ça. 

Agnès varda
Agnès varda © Radio France
Les invités
  • Agnès VardaPhotographe, réalisatrice, scénariste, monteuse et plasticienne
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.