C'est un monstre sacré du cinéma américain, auquel le Festival de Deauville rendait hommage le week-end dernier ! Figure de l'émancipation, incarnation d'une page de l'histoire de Hollywood, personnalité engagée, il nous livre sa vision du monde et de l'art. Morgan Freeman est l'invité d'Augustin Trapenard.

Morgan Freeman
Morgan Freeman © Getty

Observateur attentif de la planète, acteur et acteur tout court. Augustin Trapenard reçoit l'acteur américain Morgan Freeman, auquel le Festival du film américain de Deauville a rendu hommage cette année, saluant : « sa capacité à incarner une grande variété de personnages ... et à toujours donner lieu à des performances inoubliables. »

Ses rôles dans des films comme Miss Daisy et son chauffeur (1989), Les Évadés (1994), Deep Impact (1998), Bruce tout-puissant (2003), Million Dollar Baby (2004), The Dark Knight (2008), Invictus (2009), Oblivion (2013) en ont fait une icône.

Mais une carrière qui a début tard, pendant de nombreuses années Morgan Freeman n'avaient que des seconds rôles au cinéma et c'est au théâtre qu'il avait le plus de chance d'avoir des rôles intéressants.

Lors de la COP21, il prêtait sa voix à la terre et nous invitait à une prise de conscience des enjeux écologiques auxquels notre planète est confrontée. Alors ce matin, du vert, de la passion et de l'histoire avec Morgan Freeman

Morgan Freeman, engagé pour la planète

La planète va continuer d'exister. Elle n'a pas besoin de notre présence pour survivre. Nous représentons plus un danger qu'une solution pour notre planète, mais elle n'a pas besoin de nous pour perdurer.

Scientifiquement la Terre est un accident. Avec la science on peut étudier très très loin, et on ne voit rien de semblable à la Terre, même à des années lumières.

Sans les Etats-Unis, le changement pour la planète peut continuer. Il ne faut pas se reposer sur un seul partenaire.

Hollywood version Freeman

Dans les années 1970, le milieu du cinéma s'est ouvert aux acteurs noirs. La seule couleur qui compte vraiment à Hollywood, c'est la couleur de l'argent.

King Kong est le premier film qui m'ait marqué dans mon enfance. La première fois que je l'ai vu, j'étais effrayé. J'ai passé la plus grande partie du film sous le fauteuil.

Je dis à mes enfants que pour s'envoler, il faut avoir le courage de sauter de la falaise. Il faut avoir foi en soi.

Morgan Freeman, le jeu et la scène

Sur scène, j'ai tout de suite ressenti le pouvoir.

Un bon acteur, c'est quelqu'un de crédible qui croit en son rôle.

Je n'ai jamais senti que ma voix avait un pouvoir d'attraction ou de séduction particulier. On me le dit souvent, mais je ne le sens pas moi-même.

La radio selon Freeman

La radio enflamme l'imagination, là où la télé l'éteint. Comme pour un livre, vous recréez chaque scène, les couleurs les vôtres.

La traduction simultanée est assurée par Michel Zlotowski. 

Programmation musicale

  • Al Green – « Tired of being alone » 
  • Feu! Chatterton – « Ginger »
Les invités
Programmation musicale
  • FEU CHATTERTON
    FEU CHATTERTON

    GINGER

    Label : BARCLAY2018

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.