Son rôle dans James Bond en a fait une icône planétaire. La semaine dernière, le Festival du cinéma américain de Deauville lui rendait hommage. L'occasion de revenir sur un parcours jalonné de hauts et de bas, d'épiphanies et de deuils. Pierce Brosnan est l'invité d'Augustin Trapenard.

Pierce Brosnan au Festival de Deauville en septembre 2019
Pierce Brosnan au Festival de Deauville en septembre 2019 © Getty / Francois G. Durand

Il est le plus Irlandais des James Bond de l'histoire du cinéma.

Après une carrière théâtrale londonienne, il part tenter sa chance aux Etats-Unis au début des années 1980. Grâce à la série Les enquêtes de Remington Steele, il devient une star de la télévision. Il faudra attendre GoldenEye, en 1995, pour que son succès devienne planétaire. On parle d'enfance irlandaise, de Brexit, de théâtre, de Tennessee Williams, d'Hollywood, de disparitions et de peinture avec Pierce Brosnan, invité de Boomerang. 

Extraits de l'émission

"Quand j’ai quitté l’Irlande à 11 ans pour vivre à Londres, j’ai joué ma première représentation. J’étais pris dans le fracas de la société anglaise. Alors j’ai appris à m’adapter. Il fallait s’intégrer, s’assimiler".

"Petit, le cinéma américain avait pour moi une grandeur, un sens du mystère. Je rêvais d’y être. J’ai eu beaucoup de chance : un homme devient parfois ce dont il rêve."

"Je voulais être peintre. Puis je me suis rendu compte que j’aimais qu’on me regarde. Etre sur scène, déclamer, il y a quelque chose d’extraordinaire quand on remplit cet espace."

"Un Irlandais comme moi qui incarne un Anglais tel que James Bond … il y a une douce ironie là-dedans"

"Etre acteur c’est avoir le courage d’être vulnérable. Il faut être prêt à rire de soi et toujours garder son coeur ouvert."

Programmation musicale

Tina Turner - GoldenEye 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.