En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid 19, "Boomerang" vous propose de redécouvrir certains de ses plus beaux entretiens. Aujourd'hui, l'architecte Paul Chemetov, reçu par Augustin Trapenard en mars de l'année dernière.

Paul Chemetov en 2015 à Paris
Paul Chemetov en 2015 à Paris © AFP / Dominique Faget

Aussi controversé que célébré, il nous parlait des grands enjeux pour le logement et la ville de demain. On lui doit notamment le Ministère des finances, ou encore la rénovation de la Grande galerie de l’évolution, l’aménagement du sous sol des Halles. Paul Chemetov était dans Boomerang

Le mot d'Augustin

Je me souviens que j’avais commencé par un poème de Perec et qu’il avait poursuivi en parlant de coquille d’escargot. Tout au long de l’entretien, que l’on évoque le grand débat national autour de l’architecture, que l’on revienne sur sa géniale trajectoire ou que l’on touche à ses rêves les plus fous, il parlait en poésie. Je me souviens qu’il avait dit « Je n’aime pas parler du beau » mais qu’il avait ajouté, taquin, qu’il allait en parler quand même - racontant que devant l’un de ses tout premiers bâtiments à Saint-Ouen, un gaillard à la Gabin avait jugé son œuvre « degueulasse ». Il disait qu’il n’avait fait que des erreurs, dans son travail comme dans sa vie - et je me souviens que j’avais été frappé par cette phrase, par sa beauté, son humilité et sa poésie. Il avait toujours ce sourire bienveillant, à chaque anecdote qu’il partageait. Et quand il m’avait dit qu’il travaillait, habitait et voyageait dans des maisons qu’il avait lui-même construites, ce n’est pas « un petit Louis XIV » qui m’était venu à l’esprit mais un drôle d’escargot féru de philosophie

Programmation musicale

Crosby stills & Nash – "Our House"

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.