Romancière, lauréate du Goncourt il y a un onze ans, récompensée l’année dernière par le prix Marguerite Yourcenar, elle est aussi dramaturge. Sa nouvelle pièce, "Berlin, mon garçon", mise en scène par Stanislas Nordey, sera jouée dès demain au Théâtre de l’Odéon. Marie NDiaye est l'invitée d'Augustin Trapenard.

L'écrivaine Marie NDiaye en août 2018
L'écrivaine Marie NDiaye en août 2018 © AFP / Idriss Bigou-Gilles / Hans Lucas

Dans  Berlin mon garçon, mise en scène par Stanislas Nordey, dès demain au Théâtre de l’Odéon, elle nous raconte l’histoire troublante d’une femme qui part à la recherche son fils disparu. On parle d'énigme, de conte, de langue, d'enfance, de mère et de désir, avec Marie NDiaye, dans Boomerang

Extraits de l'entretien

"Je travaille toujours autour de la mise en scène d'un mystère. Je m'intéresse à la façon dont les protagonistes vont vivre autour, et au cœur de ce mystère"

"Il ne me semble pas que l'art soit là pour nous mettre sous les yeux quelque chose d'évident. Ce que je recherche dans toute espèce d'art c'est une interrogation, à laquelle je ne pourrai pas forcément répondre"

"J'ai une relation assez distante au théâtre, parce que je ne me sens pas toujours à l'aise dans une salle de théâtre. C'est peut être une forme de pudeur mal placée face à l'absence de filtre, au risque que prennent les acteurs sur scène"

"J'ai grandi avec les contes du monde entier, particulièrement les contes et légendes du Sénégal que me lisait ma mère. Ils me faisaient sentir que le monde réel n'était pas le seul et qu'on pouvait habiter en imagination un monde plus riche et plus beau"

"Ré-écrire la fin des contes de fées me paraît inutile, ça n'a pas de sens de triturer la matière très ancienne pour éviter que les enfants en tirent une morale inappropriée. Il suffit d'en parler avec eux, de leur demander ce qu'ils en pensent"

"Il y a extrêmement d'attentes sur ce qu'est une bonne mère... elle est censée pouvoir tout comprendre de ses enfants, tout savoir, avoir une forme d'entendement total. Je ne suis pas sure que ce soit une bonne idée"

"Entendre mes mots sur scène est extrêmement troublant, dans le bon sens du terme. D'une part ça met en lumière les failles de mon écriture, et d'autre part ça fait surgir des sens que je n'avais pas imaginés"

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Marie NDiaye a écrit un texte inédit. 

Programmation musicale

  • BARBARA – MON ENFANCE
Les invités
Programmation musicale
L'équipe