Toute son œuvre romanesque, depuis "L’enfant éternel", sur la disparition de sa fille il y a vingt ans, jusqu'à son dernier livre, "L'oubli', paru en janvier, interroge notre rapport au souvenir, à la mémoire et à l'intime. Philippe Forest est l'invité d'Augustin Trapenard.

Philippe Forest en 2004
Philippe Forest en 2004 © Maxppp / FRANCK DUBRAY

«Un matin, un mot m’a manqué.
C’est ainsi que tout a commencé.
Un mot.
Mais lequel, je ne sais pas.» 

Un homme se réveille, convaincu d’avoir égaré un mot dans son sommeil, incapable de se le rappeler. Une idée s’insinue dans son esprit et prend bientôt l’allure d’une obsession : son langage se défait, sa vie se vide à mesure que les souvenirs se détachent de lui. Un homme – peut-être le même, peut-être un autre – observe l’océan depuis sa fenêtre. Une brume perpétuelle recouvre l’horizon, au loin il s’imagine distinguer une forme qui lui fait signe et qui l’appelle. L’histoire se dédouble – à moins qu’il ne s’agisse de deux histoires différentes dont demeure mystérieux le lien qui les unit. Tandis que les mots et la mémoire s’abîment dans un même précipice, l’univers recouvre amoureusement l’apparence splendide indispensable pour chacun au recommencement de l’existence. 

Dans la veine de ses deux précédents romans, _Le chat de Schrödinger_et Crue, mais en restant fidèle à l’expérience qu’il a posée au principe de tous ses livres depuis L’enfant éternel et Sarinagara, Philippe Forest propose au lecteur une fable insolite, qui enseigne, comme l’a écrit un poète, que la nuit recèle en son sein le plaisir et l’oubli, qui sont les deux seuls secrets du bonheur.

Programmation musicale

Jeanne Moreau, J’ai la mémoire qui flanche / Franz Ferdinand, Lazy Boy

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Philippe Forest a écrit un texte inédit.

Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.