En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid 19, Boomerang vous propose de redécouvrir certains de ses plus grands entretiens. Jour 1, voici l'anthropologue, Françoise Héritier, qui venait présenter, en octobre 2017, son dernier livre, "Le sel de la vie".

Françoise Héritier
Françoise Héritier © AFP

Anthropologue, professeur au Collège de France, Françoise Héritier n’a jamais cessé de rappeler l’emprise, plus ou moins consciente, assumée ou niée, de la domination masculine sur notre système de pensée. En cela, sa parole est aujourd’hui, plus que nécessaire.

L’humanité est l’espèce la plus stupide : c’est la seule où les mâles tuent leurs femelles 

Le mot d'Augustin 

Je me souviens comme on était ému, dans ce studio de fortune improvisé chez elle. Elle nous avait reçu, haute comme trois pommes, avec ce sourire qui lui mangeait sa petite bouille ronde, une après-midi d’Automne. Pour parler du sel de nos vies, de fantômes d’hier et de rêves d’aujourd’hui. Pour évoquer l’école et l’anthropologie, autant que le « manspreading » et la beauté de Robert Mitchum. Pour revenir enfin sur ce que c’est que l’amitié. Je me souviens qu’elle s’était mise à chantonner le générique de l’émission, Reine d’un jour, qu’elle écoutait à la radio avec sa grand-mère. Que juste après, ma réalisatrice Lola Costantini s’était mise à pleurer d’émotion. Et qu’on s’était dit, tous les deux, en rentrant à la radio, qu’elle serait pour toujours notre conductrice en insoumission.

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Françoise Héritier avait choisi d’évoquer l’émission Reine d’un jour produite par Jean Nohain.

Programmation musicale

Mireille - Ce petit chemin 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.