Son nom est devenu celui d’une des plus importantes galeries d’art contemporain en France. Il représente des artistes aussi prestigieux que Daniel Buren, Anish Kapoor, Claude Levêque et Bertrand Lavier. Il nous parle de l'art contemporain de demain. Kamel Mennour est l'invité d'Augustin Trapenard.

Kamel Mennour, directeur et propriétaire de la galerie d’art contemporain parisienne "Galerie Kamel Mennour"
Kamel Mennour, directeur et propriétaire de la galerie d’art contemporain parisienne "Galerie Kamel Mennour" © AFP / Joel Saget

Son parcours unique, atypique est celui d'un transfuge ! Il est l'une des personnalités les plus importantes du milieu de l'art contemporain. Il nous parle des conséquences de la crise sur les galeries et les artistes. Il présente actuellement deux expositions, "Et pour toi, c’est quoi le monde d’après ?", ainsi que le travail du peintre David Hominal. Kamel Mennour est l'invité d'Augustin Trapenard. 

Plutôt que d'aller voir la Joconde, j'invite les gens à aller voir La mort de Sardanapale [de Delacroix] au Louvre.

La mort de Sardanapale de Delacroix
La mort de Sardanapale de Delacroix © AFP / Alfredo Dagli Orti

"Moi, en tant que galeriste, je passais la majorité de mon temps dans un avion, à aller d’une foire à l’autre. Et le monde s’est arrêté. Je pense que c’est vraiment la fin d’un monde. C’était l’occasion de me réinventer, et vite."

"L’art est une sensation et une obsession : l’œuvre m’attire, m’appelle. Quand j’entre dans un musée, il y a certaines œuvres que j’ai envie de voler."

"Une galerie d’art n’est pas un lieu snob : c’est le seul lieu de culture dans le monde qui est gratuit !"

"J’ai voulu créer de la porosité entre les enfants et les artistes, dans une exposition sur le monde d’après : dans cette période, on est tous redescendus au niveau de l’enfant.

"Les artistes ont cette possibilité de faire un pas de côté et de digérer ce qui nous arrive. Je suis certain que cette période créera de très grandes œuvres. Grâce à l’art, on pourra mieux vivre ensemble."

"Le galeriste est celui qui accompagne, puis transmet. Il essaye de donner à voir la complexité de la création, de la traduire dans un espace."

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Kamel Mennour a choisi d'évoquer son premier choc esthétique, "La mort de Sardanapale" d'Eugène Delacroix.

Programmation musicale

IDIR - A vava inouva

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.