Il a attendu vingt-cinq ans pour réaliser le film qui clôturera demain le 71ème festival de Cannes. Avec "L’homme qui tua Don Quichotte" il propose une variation surréaliste et déjantée sur l’œuvre de Miguel de Cervantès. Un film épique dans tous les sens du terme. Terry Gilliam est l'invité d'Augustin Trapenard.

Terry Gilliam en octobre 2017
Terry Gilliam en octobre 2017 © Getty / Tim P. Whitby

Il est le réalisateur de Brazil, L'armée des douze singes, ou encore Las Vegas Parano. Avec L'homme qui tua Don Quichotte, il raconte l’histoire d’un jeune réalisateur cynique et désabusé qui par la grâce d’un illuminé persuadé d’être Don Quichotte, retrouve foi en l’humanité. Un film qui célèbre l'imagination autant que le cinéma. 

Programmation musicale

Monty Python, Always look on the bright side of life / Juliette Armanet, La carte postale

Programmation musicale
  • PARADIS
    PARADIS

    RECTO VERSO

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.