En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid-19, Boomerang vous propose de redécouvrir certains de ses plus grands entretiens. Aujourd'hui, dans le cadre d'une quinzaine consacrée au cinéma, Martin Scorsese, reçu en novembre dernier pour la sortie de son film "The Irishman".

Le cinéaste Martin Scorsese à Los Angeles, octobre 2019, Hollywood
Le cinéaste Martin Scorsese à Los Angeles, octobre 2019, Hollywood © AFP / IMAGE PRESS AGENCY / NURPHOTO

Depuis ses débuts, il croque l'envers du rêve américain. Après "Mean Streets", "Les Affranchis", "Casino" ou encore "Les Infiltrés", il poursuit l'exploration d’un genre qu’il n’a cessé de renouveler avec "The Irishman", un film paru sur la plateforme Netflix. Martin Scorsese était dans Boomerang

Le mot d'Augustin 

Je me souviens qu’il était délicieusement parano. Il m’avait dit juste avant de commencer l’entretien : « Je veux bien qu’on parle de gangsters mais à une seule condition : je refuse qu’il y ait quelqu’un derrière moi. Si vous avez vu ne serait-ce qu’un seul de mes films, vous savez pourquoi. » La première règle, je l’avais compris, c’était de ne faire confiance qu’à soi-même. Et dans sa lecture brillante et étayée du crime organisée à la ville et à l’écran, il revenait toujours sur la vraisemblance et la véracité à l’aune de sa propre expérience. Au sujet de « Taxi Driver », il se souvenait par exemple d’un plan du taxi jaune dans les vapeurs de la ville, une image qui lui rappelait sa jeunesse plus que le tournage. Au sujet des films néo-réalistes italiens qu’il avait vu à la télévision dans le New York de son enfance, il racontait cette étrange expérience pour sa famille de se voir à l’écran. Le cinéma avait pour lui le pouvoir de dire la vie et de nous rendre plus humain. Je me souviens qu’il était intarissable, bavard et brillant chaque fois qu’il analysait les forces sombres à l’œuvre dans chacun de nous. Je lui avais demandé à un moment s’il se situait du côté du bien. Il m’avait répondu dans un sourire qu’il faisait de son mieux.

Programmation musicale

The Five Satins - In the Still of the Night

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.