Avec son frère, il a incarné la voix, le son et l’esprit des années quatre-vingt-dix. On leur doit des titres comme "Wonderwall" ou "Don't look back in anger". Depuis deux ans, il s’affiche en solo, et son deuxième album, "Why me ? Why not ?" sort demain. Liam Gallagher est l'invité d'Augustin Trapenard.

Liam Gallagher en concert en juillet 2019
Liam Gallagher en concert en juillet 2019 © Getty / Jordi Vidal

Au Royaume-Uni, son frère et lui ont formé le duo le plus révolutionnaire et médiatique de la pop britannique : Oasis, ou l'histoire d'un succès planétaire sur fond de tubes, de guerres fratricides et de scandales. 

Ils ont conjugué "Je t'aime, moi non plus" à tous les temps, jusqu'à cette fameuse soirée du 28 août 2009 ou Liam et Noël se sont battus quelques minutes avant de monter sur la scène du Festival Rock en Seine. Le concert fut annulé et dans la foulée, le groupe annonçait sa séparation. Depuis, les deux frères s'insultent régulièrement par presse interposée.

Alors que sort son deuxième album solo, pour lequel il a endossé le rôle de songwriter, tenu par son frère à l'époque d'Oasis, Liam Gallagher évoque ses influences.

Je suis un grand fan de John Lennon, mais je suis aussi un grand fan de Johnny Rotten et des Sex Pistols. Quelque part, je me place au milieu.

Liam avoue aimer, à la fois, le côté agressif de Johnny Rotten et de John Lydon, et le côté mélodique de John Lennon.

On parle des Beatles, de mythes, de groupes, d'images, de vinyles, de stades et de tubes avec Liam Gallagher, invité de Boomerang

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.