En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid 19, Boomerang vous propose de redécouvrir certains de ses plus grands entretiens. Aujourd'hui la plus poétique et bohème des rockeuses, Patti Smith, reçue par Augustin Trapenard en novembre 2017.

Patti Smith en février 2020 à New York
Patti Smith en février 2020 à New York © Getty / Ilya S. Savenok / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

On lui doit certains titres iconiques de l'histoire du rock'n roll - "Because the Night", "People have the power" ou encore "Gloria". Il y a neuf ans, elle publiait "Just Kids", récit mythique, de son histoire d’amour et d’amitié avec le photographe Robert Mapplethorpe dans le New York de la fin des années soixante. Un livre devenu culte. Patti Smith était l'invitée d'Augustin Trapenard. 

Le mot d'Augustin 

Je me souviens de sa présence, penchée en avant sur la table du studio, écoutant chaque question avec attention et tentant d’y répondre de façon toujours plus intense. On parlait d’amitié, de celle qui l’unissait au photographe Robert Mapplethorpe et qu’elle avait racontée dans un livre - mais il n’était question, ici, que de sacré, de vibrations et de poésie. De mots, qu’ils s’échangeaient toujours et qu’il lui avait demandé de faire perdurer. Je me souviens qu’ils se parlaient encore, des années après sa mort. Il ressuscitait aux moments les plus improbables, au détour du salon, à la table d’écriture, le temps d’une prière qu’elle était en train de composer. Il lui suffisait de respirer, de souffler d’une certaine façon pour qu’il apparaisse. À un moment, je lui avais fait écouter sa voix, sur la BBC, et elle avait choisi de croire, ce matin-là, qu’il était avec nous. Je me souviens qu’elle parlait toujours de lui comme s’il était là - et quand elle avait lu à l’antenne la dernière lettre qu’elle lui avait écrite et qu’il n’avait pas eu le temps de lire, je m’étais dit qu’il nous entendait peut-être.

Programmation musicale

Patti Smith, Smells like Teen Spirit

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.