Comédien, metteur en scène, réalisateur, il écrit pour le théâtre, le cinéma, la télévision. Il vient de faire paraitre son premier roman, "Le radiateur d’appoint". Du décalage, de la chaleur et de l'humanité. Alex Lutz est l'invité d'Augustin Trapenard.

Alex Lutz
Alex Lutz © Getty

L'écriture a toujours fait partie de sa vie. Dans son premier roman, Le radiateur d'appoint, il donne vie à une galerie de personnages saisis à travers le regard d’un radiateur défectueux. Des individus en quête d’un peu de chaleur, qui sont autant d’incarnations de notre solitude contemporaine. Alex Lutz est dans Boomerang

Récompensé par un César du meilleur acteur pour Guy, il sera à l'affiche de Cinquième Set, de Quentin Reynaud, en salles le 2 décembre.

Extraits de l'entretien 

Alex Lutz : "Je trouvais sympathique d’avoir un témoin privilégié comme ce radiateur. Je pense qu’il ne faut jamais trop s’éloigner de ces images d’enfance qui donnaient vie aux objets, qui en faisaient des sources d’inquiétude ou des alliés."

"Toute ma vie artistique n’est qu’un rattrapage du bac. On est dans une période où il faudrait des écoles parfaites, des hôpitaux parfaits, mais ce n’est pas la vie : avec le temps, je suis heureux d’avoir eu des profs brillants et d’autres nuls, tous m’ont inspiré." 

"Je conseille à tout le monde de dire oui avant de savoir faire. J’ai toujours fait comme ça, moi. Alors là, j’ai dit : d’accord, je me lance dans l’écriture. J’ai écrit pour laisser quelque chose, je crois. Un peu de mégalomanie, c’est bien, non ?" 

"C’est fou le théâtre. Se dire qu’à une horaire donnée, une espèce animale se retrouve ensemble, s’engueule dans la queue et soudain, la lumière s’éteint, et on est liés, accrochés au même espoir..." 

"On fantasme souvent le côté : je me retire, je mets des bottes, je prends du recul. Mais quand même, au-delà du succès, moi, j’ai besoin de créer, de fabriquer des objets." 

"Si une personne n’est pas folle ou nazie, je suis très vite ému par elle. C’est un vrai truc étrange et beau de naître et d’être ici, d’avoir du mal avec la vie. Dès que je vois un genou à terre, je suis touché." 

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Alex Lutz a choisi de lire le texte d'une chanson d'Annie Cordy, "ça ira mieux demain",  et un extrait des "Années" d'Annie Ernaux

Programmation musicale

  • ALAIN SOUCHON – Foule Sentimentale
  • BILLIE EILISH – Therefore I am 
Les invités
  • Alex LutzComédien, metteur en scène et auteur
Programmation musicale
L'équipe