Comédienne, mais aussi réalisatrice, on attend avec impatience son retour sur les planches et sur les écrans des salles obscures. Ces dernières semaines, elle a mis sa voix, ses mots, sa présence au service de la défense du monde de la culture. Jeanne Balibar est l'invitée d'Augustin Trapenard.

La comédienne Jeanne Balibar en 2018 à la réception de son César pour son rôle dans Barbara
La comédienne Jeanne Balibar en 2018 à la réception de son César pour son rôle dans Barbara © Getty / Stephane Cardinale - Corbis

Comédienne au cinéma chez Jacques Rivette, Arnaud Desplechin ou encore Matthieu Almaric, mais aussi au théâtre chez Frank Castorf, Julie Brochen ou Stanislas Nordey, elle est devenue l'une des grandes voix de La la défense du monde de la culture. En ce jour de réouverture des salles de spectacle, elle vient nous parler de sa passion et de ses engagements. Jeanne Balibar est dans Boomerang

Extraits des paroles de Jeanne Balibar au cours de l'émission  :

  • "Ça va durer combien de temps ? C’est toujours flou, il n’y a pas d’idée, pas de vision… Rien n’a été fait pour ceux qui travaillent à faire vivre la culture. La crise a aggravé le gouffre entre le politique et la vie culturelle."
  • "Ce qui se joue sur une scène de théâtre, c’est faire résonner un interstice de liberté, envers et contre tout. C’est un don que fait le théâtre à tous."
  • "Quand je suis sur scène, je ris quand il faudrait pleurer. Quand je pleure, ma psychanalyste rigole : moi, je prends tout à l’envers. Je ne peux pas faire autrement, sinon ça me fait ch..."
  • "Pour moi, jouer la comédie, c’est danser. Surtout au cinéma d’ailleurs, et même plus qu’au théâtre : on danse avec la caméra, et ça, c’est d’un sexy merveilleux."
  • "Les mots doivent voler au théâtre. Il faut qu’ils partent, qu’ils aillent quelque part dans la salle. Les mots ne sont vrais que lorsqu’ils ont des significations multiples, parce que les choses sont vraies quand elles ne sont pas univoques.
  • "Je songe à ce gouvernement avec qui, quand les mots sont des mots, ce ne sont pas des promesses, mais des trahisons. Pourtant, dans ma fréquentation des arts, j’ai appris que le cynisme est la mort de toutes qualités."

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Jeanne Balibar a écrit un texte. 

Programmation musicale

  • LEON RUSSEL – A song for you
  • JUNIORE – La vérité nue
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.