En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid-19, Boomerang vous propose de redécouvrir certains de ses plus grands entretiens. Aujourd'hui, dans le cadre d'une quinzaine consacrée au cinéma, le cinéaste américain Quentin Tarantino, invité d'Augustin Trapenard en janvier 2016.

Le réalisateur américain Quentin Tarantino lors du tournage de "Once upon a time... in Hollywood"
Le réalisateur américain Quentin Tarantino lors du tournage de "Once upon a time... in Hollywood" © AFP / ANDREW COOPER / Collection ChristopheL via AFP

Il est le réalisateur de Pulp Fiction , Reservoir Dogs , Kill Bill et Django Unchained . Chacun de ses films est un hommage au 7e art. Avec Les 8 salopards , western en huis clos, hivernal et horrifique, tourné intégralement sur pellicule, il poursuivait sa chronique d'une grande histoire de la violence aux États-Unis. Quentin Tarantino était dans Boomerang. 

Le mot d'Augustin 

Je me souviens de son débit. Rapide, haché, étrangement épileptique. La  
vérité, c’est qu’il était passionné - ce qui n’est pas forcément le cas de tous les invités. Dans son analyse brillante du western comme dans l’explication de ses engagements politiques, il semblait de plus en plus interroger le présent. Un présent qui ne s’éclairerait que par les enseignements du passé, la vibration, le grain de la mémoire. Je me souviens qu’il avait évoqué la salle de cinéma comme une cathédrale, un lieu sacré qu’il s’agissait de célébrer. Il ne parlait en somme que de pellicule, de projection et de communion. Il était intarissable, et je me souviens que plus il s’enflammait, plus j’étais inquiet par le temps. On n’avait qu’une demie-heure et ça filait à une allure folle, si bien qu’on prenait le risque à chaque question de ne pas finir l’émission. Quand l’heure était venue de le laisser partir, je commençais à peine la troisième partie, et  je redoutais l’arrivée de son attaché de presse. Je me souviens qu’il avait compris ce stress et qu’il nous avait fait un signe pour nous dire qu’on terminerait bien l’entretien, quitte à être en retard. Je lui avais demandé, à la fin, sa définition du cinéma - et il était revenu avec le même débit rapide, haché, étrangement épileptique, sur son expérimentation du film de genre et la joie que cela pouvait procurer. Une joie qu’on partageait.

Programmation musicale

Dolly Parton  - Jolene

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.