[mise à jour] Le couturier s'est éteint ce 19 février. Superficialité de la créature de mode, toujours dans le coup, business man, homme mystère : qui était vraiment Karl Lagerfeld ? L'homme derrière l'image. (re)écoutez cet entretien avec Augustin Trapenard.

Karl Lagerfeld
Karl Lagerfeld © Radio France / Anne Audigier

L'icône de la mode dans le monde entier lançait en 2014 son journal The Karl Daily. Il était pour cette occasion l'invité de Boomerang et revenait avec le franc parler qu'on lui connaît sur sa vision de la mode, de son image, distillant ainsi les traits du créateur hors norme qu'il était.

"J'ai toujours adoré la presse alors c'était amusant de faire un journal qui paraît un jour." 

Confessant une adoration pour la presse quotidienne gratuite, le kaiser a décidé de lancer sa formule, pour une seule et unique occasion. On y trouve : des interviews de lui-même, des news sur les prochaines collections de la marque Lagerfeld, des bandes-dessinées, le billet de Choupette, le chat de Karl… Le tout sur un ton impertinent et décalé, propre au créateur. Un étendard de la marque Lagerfeld en somme. 

Je suis quand même un peu grand public aussi.

Dans cet entretien, il revient sur son affection pour Choupette, sa chatte, dont on pourrait penser qu'elle est quasiment une muse pour le créateur. Mais celui-ci déclare : 

"Quelqu'un qui est dans la mode ne peut pas avoir une muse pour la vie, ça n'évolue pas." 

Ce journal c'est une forme de délire qui confirme finalement que Karl Lagerfeld est devenu un logo. Une sorte de canette de coca dans un distributeur. Ce qu'il ne renie pas. 

"Personnellement je ne rends pas compte [...] Je ne veux pas avoir de responsabilités d'une affaire."

La mode selon Lagerfeld, ce sont des propositions d'abord. Ce n'est pas un diktat d'une certaine personne. Aujourd'hui pour lui, il y a plein de mode différente, d'esprits différents. 

Ce qui est immuable lui déplaît, il refuse en tout cas qu'on le qualifie ainsi. Même s'il confesse que son image l'a dépassée. Il est devenu un véritable objet marketing. 

Je ne vais pas m'habiller de façon absurde sous prétexte qu'il faut changer. Il faut changer son travail. 

Sur la question de l'autobiographie, il est catégorique. Rien ne lui fera écrire ses mémoires. Pour lui, son autobiographie se vit maintenant. Il n'a pas du tout envie de laisser croire à des gens qu'ils ont joué un rôle. 

Je m'en fous de la postérité

Préférant les remords aux regrets, Karl Lagerfeld avoue être trop superficiel pour se repentir. Pour lui l'ennui n'existe pas. 

Le site de Karl Lagerfeld

Karl Lagerfeld par Culture'

Aller plus loin

Les invités
Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.