Pour cette deuxième émission à l'heure européenne, rendez-vous au Portugal, au centre culturel de Belèm, avec l’un des grands noms de la littérature lusophone : Lidia Jorge. Depuis bientôt quarante ans, elle explore la mémoire intime et collective de son pays. Lidia Jorge est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Lidia Jorge
Lidia Jorge © Getty / Ulf Andersen / Aurimages

À cinq semaines des élections du Parlement européen, Boomerang part à la rencontre de grands noms de la scène intellectuelle et artistique européenne. Cinq invités, cinq nationalités, cinq histoires, cinq lieux emblématiques, cinq paysages, cinq visions de l’Europe d’aujourd’hui et de demain, pour un grand entretien qui fait le pari de la pensée et de l’intimité.

Elle est la romancière de la mémoire. Dans Les mémorables Lidia Jorge nous parlait de la révolution des œillets ; dans Le rivage des murmures elle revenait sur le passé colonial du Portugal. Elle a donné rendez-vous à Augustin Trapenard au Centre culturel de Belém

Europhile convaincue mais critique, elle nous parle de Marguerite Yourcenar, de Salazar, de révolutions, d'utopies, de colonialisme et de crises. Lidia Jorge, invitée de Boomerang à l'heure européenne. 

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Lidia Jorge a écrit un texte inédit : 

"En 1997, la Croix-Rouge internationale a invité la princesse Diana du Pays de Galles à participer à une campagne visant à attirer l'attention sur les mines antipersonnel qui mutilaient les enfants et les adolescents des pays africains. Le 15 janvier de cette année, Diana s'est rendue dans la région de Huambo en Angola, un territoire complètement miné par la guerre civile. Les photographes ont ensuite capturé des images très émouvantes de la princesse de Galles tenant des enfants handicapés dans ses bras. Sur l'une d'elles, Diana avait les yeux fermés et pressait un enfant amputé contre son cœur. Cette image a parcouru le monde. C'était l’image pure de la compassion d'une femme européenne pour la souffrance humaine. Mais dans les jours qui ont suivi, il a été rapporté que les mines qui avaient mutilé ces enfants étaient de fabrication anglaise. C'est la grande contradiction. La même Europe, héritière de l'esprit chrétien, qui a construit les cathédrales, qui a inventé la presse, a créé l'Encyclopédie, nourrie par des philosophes tels que Socrate, Platon, Saint-Augustin, Galilée et Kant, qui a inventé le théâtre classique, l'épopée, l'opéra, le roman et puis le cinéma, qui a créé les systèmes les plus généreux et idéalistes de l’Histoire, qui a inventé les parlements et les démocraties, ce côté lumineux des sociétés humaines, est le même continent qui crée dans le noir les instruments de l’agression par le seul instinct du marchand. Il n'y a pas de réponse mais il y a une question à poser : comment se fait-il que ceux qui créent la Beauté ne soient pas, eux-mêmes, capables de créer la Paix ?"

Programmation musicale

  • Amalia Rodrigues – Fado Portugues
  • Hubert Lenoir – Recommencer

Aller plus loin

Retrouvez les entretiens réalisés avec les autres grands noms de la scène européenne :

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.