Il est le cinéaste de l'intime, de l'absent et d'une certaine forme indépendance. Dans son dernier film, "Être vivant et le savoir", présenté en séance spéciale lors du dernier festival de Cannes, il raconte l’histoire d’un film qui ne se fera pas. Alain Cavalier est l'invité d'Augustin Trapenard.

La réalisateur Alain Cavalier
La réalisateur Alain Cavalier © Maxppp / Michel Viala / La Dépêche du Midi

Dans Être vivant et le savoir, il raconte l’histoire d’un film qui ne se fera pas, celui qu’il devait tourner avec son amie, l’écrivain et scénariste Emmanuelle Bernheim avant que celle-ci ne disparaisse.

Un récit intime, fragile et bouleversant, qui évoque certains de ses plus grands films, Irène, Le filmeur, ou encore Ce répondeur ne prend pas de message.

"Le cinéma empêche la mort d'être éternelle mais il filme très bien la mort en marche."

On parle de droit à mourir, de fantôme, d'absent, de caméra, de corps et de foi avec Alain Cavalier, invité de Boomerang à Cannes. 

Je suis sûr que c'est la dernière fois que je viens ici et que je viens à Cannes

Bande annonce de "Etre vivant et le savoir"

Programmation musicale

Barbara - Les insomnies

Lizzo - Juice

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.