En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid 19, Boomerang vous propose de redécouvrir certains de ses plus grands entretiens. Jour 8, voici l'historienne, Mona Ozouf, que recevait Augustin Trapenard en mars 2019, à l'occasion de la parution de son livre "Portrait d'une historienne".

L'historienne Mona Ozouf
L'historienne Mona Ozouf © Getty / Eric Fougere / Contributeur

Historienne de la révolution française, elle est aussi une spectatrice avisée de son époque. Dans cet entretien avec Augustin Trapenard, en plein mouvement des gilets jaunes, elle s'interrogeait sur l'idée de République, et revenait sur son parcours, à bien des égards, exemplaire. 

Le mot d'Augustin 

Je me souviens de la tête qu’elle faisait à chacune de mes questions. À la fois interdite et amusée, elle agrémentait chacune de ses réponses d’un soupir et d’un sourire complice, si bien qu’il se jouait quelque chose, pendant l’entretien, dont je savais que personne ne pouvait l’entendre mais qui me semblait passionnant. Je me demandais comment faire surgir cet étrange sous-texte et tentais maladroitement de la faire bondir... jusqu’à ce qu’elle lâche le morceau - après une série de remarques passionnantes sur l’état de la France. Dans le studio de France Inter, la voilà qui éclate d’un rire sonore et me tance joyeusement sur ces questions « océaniques », trop vastes, trop louches ou trop problématiques. Je me souviens que cet adjectif, « océanique », était resté dans l’air, à mesure qu’elle évoquait sa Bretagne natale, son enfance insoumise et son parcours d’écriture. C’était ironiquement son plus beau trait de caractère et cela disait, somme toute, quelque chose de son tempérament : océanique

La musique

Diam's - Ma France à moi

Les invités
  • Mona OzoufPhilosophe, historienne, spécialiste de la Révolution française,
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.