Volontiers grinçant, parfois désespéré, il a l’art de faire rire, comme celui d’émouvoir. Dans "C’est l’heure des contes", il revisite les récits de notre enfance. Perrault, Grimm et La Fontaine n'ont qu'à bien se tenir ! Gérard Jugnot est l'invité d'Augustin Trapenard.

L'acteur français Gérard Jugnot au Grand Rex à Paris en janvier 2020 lors de la sortie du film "Ducobu 3"
L'acteur français Gérard Jugnot au Grand Rex à Paris en janvier 2020 lors de la sortie du film "Ducobu 3" © Getty / Edward Berthelot/WireImage

Comédien et réalisateur, dans "C'est l'heure des contes",  il propose une relecture des récits de notre enfance. Une façon pour lui de réfléchir à l'actualité et à notre époque. On parle de vérité et de mensonge, de rire et de mort, de père de Jean-Rochefort, avec Gérard Jugnot, invité de Boomerang. 

Extraits de l'entretien 

Gérard Jugnot : "Je ne suis pas un menteur, puisque les gens savent que je mens. Ils voient dans mes histoires une vérité. C’est toute la différence avec la calomnie. La calomnie, c’est une preuve de connerie, tout simplement, disons le mot !"

"J’ai toujours eu une peur de la mort, une angoisse, un sentiment de poussière qui m’ont donné envie de faire briller cette poussière. Oui, le rire est un soin contre tout ça."

"Mon heure des contes est plutôt une sorte de règlement de comptes sur plein de choses : l’état de la planète, la pollution, la malbouffe... Disons que je n’ai plus beaucoup de filtres sur ce que je pense !"

"J’espère transmettre par le cinéma une certaine humanité, une compassion, une tolérance... L’avantage d’être acteur et metteur en scène, c’est de devenir un personnage tout en étant son avocat."

"J’apprends encore, bien sûr ! J’ai l’impression d’être un éternel débutant. J’aime cet apprentissage permanent. Il marche dans les deux sens d'ailleurs : sur les tournages, maintenant, l’équipe m’appelle coach, et j’adore ça !"

"Pour moi, un bon personnage est un personnage qui rend heureux quand on le voit. Le cinéma, c’est la vie en mieux : j’aime le cinéma qui rend heureux, moi !"

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Gérard Jugnot a choisi de lire Je voudrais pas crever de Boris Vian

Programmation musicale

  • HENRI SALVADOR - Le loup, la biche et le chevalier
  • Dua Lipa / ANGELE - Fever 
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.